Enseignement secondaire

Enseignement secondaireEnseignement secondaireEnseignement secondaireEnseignement secondaire
Paul Brusson

Rescapé des camps nazis, Paul Brusson aurait eu 100 ans ce 29 avril
partager sur Google+ partager sur Twitter partager sur Facebook   Publié le 29-04-2021

La Province de Liège salue la mémoire de cet inlassable passeur de mémoire et compagnon de route des jeunes générations

Témoin de la barbarie nazie

Il y a 100 ans, naissait à Ougrée Paul Brusson, le 29 avril 1921. Comment mieux caractériser cet homme en disant de lui qu'il fut un homme engagé, se battant pour ses idées, son idéal, et pour servir ses concitoyens.

Paul Brusson fut déporté dans les camps de concentration nazis de 1942 à 1945. À la libération, il s'engage dans la police communale, gravit les échelons un à un pour devenir le premier Commissaire en Chef de Liège après les fusions de communes. Il consacra l'essentiel de son temps libre, une fois pensionné, à transmettre aux plus jeunes ce que fut l'horreur des camps nazis et ce à quoi peut conduire un absolutisme, une dictature, qu'elle soit de droite ou gauche.

En 2013, l'Athénée Royal de Montegnée, avec lequel il participa à de nombreux voyages sur les lieux de la barbarie nazie, devint l'Athénée Royal Paul Brusson. Membre fondateur des Territoires de la Mémoire, dont le parcours concentrationnaire est toujours accessible à la Cité Miroir, il s'éteint le 27 octobre 2011.

En ce temps troublés, où chaque faute politique est guettée, soulignée, il est bon de rappeler que son décès a créé un émoi commun toutes tendances politiques et confessionnelles confondues. Puisse son travail de passeur de mémoire se perpétuer à travers les générations à venir.

Aux côtés des plus jeunes pour un enseignement citoyen

Paul Brusson a toujours répondu présent lorsque les écoles lui ont demandé de témoigner de sa douloureuse expérience. Il fut en ce sens un irremplaçable compagnon de route de l'Enseignement de la Province de Liège.

Depuis 1995, plus de 1.000 jeunes sont ainsi devenus des « passeurs de mémoire » en ayant participé au voyage de Mémoire à Mauthausen organisé par l'Enseignement provincial. Un voyage qui les emmène en Autriche sur les traces des déportés dans les camps de Mauthausen et de Gusen mais aussi du Centre d'euthanasie de Hartheim. Le groupe termine ce voyage de plusieurs jours par la visite du Centre de documentation de Nuremberg.

« Il n'a malheureusement pas été possible d'organiser ce voyage en raison du Covid. Nous avons néanmoins la volonté de perpétuer ce travail de mémoire dans l'Enseignement de la Province de Liège, car nous formons également les citoyens de demain », précise la Députée provinciale de l'Enseignement, Muriel Brodure-Willain. Par ailleurs, l'École de Police de la Province de Liège et les Cadets de l'École du Feu sont également engagés dans ce processus, par l'intermédiaire de visites aux Territoires de la Mémoire ou de voyages dans des camps.

Malgré son âge avancé, Paul Brusson a tenu à accompagner tous ces jeunes sur place jusqu'en 2009 pour témoigner, encore et encore, de la barbarie nazie et des dangers du totalitarisme. Si par la suite, il n'a plus accompagné les élèves sur place, il n'en restait pas moins actif. Il est ainsi venu, encore quelques mois avant son décès, présenter au groupe le voyage qu'ils allaient effectuer cette année-là, leur rappelant toute l'importance de ne jamais oublier.

Ceux qui ont eu le privilège de le rencontrer se rappellent encore de son charisme, de son courage et de chacune de ses paroles.

Les « Passeurs de Mémoire » 10 ans plus tard : Tristan se souvient de sa rencontre avec Paul Brusson

Âgé de 27 ans, Tristan fait partie des derniers étudiants à avoir rencontré Paul Brusson. Conscient de ce lourd privilège et héritage, il a immédiatement répondu présent lorsqu'il a été contacté pour témoigner à l'occasion de son centenaire.

Il y a 10 ans, Paul Brusson décédait à l'âge de 90 ans, après avoir témoigné pendant près de 30 ans et presque jusqu'au dernier jour de sa douloureuse expérience de déporté dans les camps nazis.

Tu as rencontré Paul Brusson avant un voyage à Mauthausen ?

« Oui, nous sommes probablement les derniers étudiants devant lesquels Paul Brusson a témoigné, au printemps 2011, avant de décéder quelques mois plus tard », explique Tristan qui était alors âgé de 17 ans et élève en 5ème secondaire à l'IPEA La Reid.

« Il n'a malheureusement pas pu nous accompagner lors du voyage à Mauthausen, mais il tenait absolument à nous rencontrer avant notre départ. Son témoignage fut très marquant. Nous avons eu la possibilité de parler avec lui, de lui poser des questions.

J'ai conscience de faire partie d'une génération charnière. Les derniers témoins, les derniers déportés, les derniers soldats sont en train de disparaître. Les avoir rencontrés reste une expérience irremplaçable. Nous devenons également les relais de leur mémoire, de leur message ; des « passeurs de mémoire », comme on dit. J'ai aussi la chance d'avoir participé à ce voyage, le projet mis en place par la Province de Liège avec Paul Brusson était vraiment unique !

On a tous lu des livres ou vu des films sur la guerre, mais rencontrer des témoins et effectuer un voyage de mémoire laisse vraiment un autre sentiment. Ces personnes incarnent et racontent une histoire, une blessure ; même en son absence, on reconnaissait les lieux dont Paul Brusson nous avait parlé, on se rendait compte sur place de son récit et de sa souffrance. Nous étions aussi accompagnés de deux jeunes dont les grands-parents avaient été déportés à Mauthausen. Ils étaient très marqués par la matérialisation de leur propre histoire. C'était vraiment un voyage incroyable, qui a de plus tissé des liens très forts entre les participants, unis par ce travail de mémoire.

10 ans plus tard, que reste-t-il de cette expérience ? Et surtout, que faire en tant que « passeurs de mémoire » ?

« Il n'y a rien à faire, on en parle autour de nous. Quand je rencontre des gens, quand je voyage, il y a toujours un moment où j'évoque cette expérience et on voit bien que ce n'est pas commun pour tout le monde. Certains sont très étonnés d'entendre ce récit ou parfois même d'apprendre que des jeunes effectuent ce genre de voyage de mémoire.

Ce sentiment d'être devenu un « passeur de mémoire » va de pair avec le « devoir de mémoire », on doit continuer à perpétuer cette histoire. Quand j'ai été recontacté pour témoigner à l'occasion de son centenaire, je n'ai vraiment pas hésité.

C'est une histoire douloureuse mais je suis actuellement en train de terminer un Master en journalisme à l'ULB et en théorie mon futur travail impliquera de se confronter à la réalité, ce n'est pas donc un problème pour moi.

Je suis certain que j'y retournerai, ne fut-ce qu'à titre personnel, pour approfondir la visite, la connaissance, la réflexion. Peut-être avec une génération plus jeune, peut-être en tant que professeur ou simplement en tant que papa. Mais, oui, je continuerai » conclut Tristan.


Dates

Avril
Lu
Ma
Me
Je
Ve
Sa
Di
  
  
  
01
02
03
04
05
06
07
08
09
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
Paul Brusson
Paul Brusson
Paul Brusson
Paul Brusson
Paul Brusson
Paul Brusson