MUSÉE DE LA VIE WALLONNE

Focus

"Le bouchon de Liège…"

Bouchon de Liège, Archives MVW

Le bouchon de Liège...pour la caricature!

Le Musée de la Vie wallonne, musée d'ethnographie régionale et de société, recèle de nombreux témoignages, de tous types, qui évoquent les combats de la bataille de Liège. On citera : des casques à pointe, un superbe uniforme du 12e régiment de l'infanterie de ligne belge, des photographies des ponts détruits par notre génie dès le viol de la neutralité…pièces visibles dans l'exposition Liège dans la tourmente

Cette accumulation de souvenirs de la Première Guerre mondiale n'est pas étonnante. La génération des pères fondateurs de l'établissement, fondé, rappelons -le en 1913, n'a pu qu'être traumatisée par une bataille qui constitua le premier acte d'une tragédie qui conduisit un million et demi de Belges sur le chemin de l'exil.

La bataille…

Le déroulement de la bataille de Liège peut se décomposer en deux phases. Du 4 au 6 août 1914, les batailles des intervalles permettent à la 3e division d'armée et à une partie de la 4e division, commandées par le général Gérard LEMAN, de freiner les brigades allemandes qui déferlent par l'est et pénètrent dans l'agglomération pour prendre à revers les 12 forts de la position fortifiée. Puis, lorsque le général LEMAN, économe de ses forces, décide leur repli par la Hesbaye vers le « réduit national » d'Anvers, la résistance opiniâtre des seules troupes de forteresse, du 6 au 16 août.

Le bouchon…

Cette bataille de « retardement » marque les esprits des caricaturistes. Rapidement, la thématique du bouchon de Liège, s'impose chez les créateurs de cartes postales désireux de brocarder l'empire allemand. La plupart du temps, Guillaume II, personnage déjà honni par les populations des pays alliés en août 1914, symbole de la brutalité opiniâtre de l'envahisseur, se voit « attaqué » par un ou plusieurs bouchons de Liège.

L'allusion est claire : 30.000 soldats belges, s'opposent, pendant des journées décisives, à l'armée allemande de la Meuse, supérieurement armée et entraînée, constituant ainsi un bouchon (et à l'époque, tous les bouchons sont constitués de chêne liège…) dans l'étroit goulot que veulent franchir les brigades de Von Emmich mais aussi les puissantes première et deuxième armées allemandes, composées de 60000 militaires aguerris et chauffés à blanc par une propagande anti belge savamment orchestrée…

D'autres cartes postales reprenant cette thématique du bouchon de Liège sont visibles, jusqu'au 31 mai, dans le parcours de l'exposition Liège dans la tourmente

Fabrice Meurant-Pailhe

Galerie photos

Bouchon de Liège, Archives MVW
Bouchon de Liège, Archives MVW


Tous les focus