Musée de la Vie wallonne

Musée de la Vie wallonneMusée de la Vie wallonneMusée de la Vie wallonneMusée de la Vie wallonne

Focus

"Métiers de rue..."

Vendeuse de makeye

Dans la première moitié du XXe siècle, en Wallonie, les marchands des rues, identifiables à leurs cris, étaient légion.

Leurs pérégrinations au sein des dédales urbains ponctuaient en quelque sorte les jours, voire les heures des habitants.

Déjà au moyen-âge déjà, les métiers de rue ou communément appelés « métiers ambulants » florissaient !

En Wallonie, le commerce était exercé par deux catégories de marchands : ceux qui travaillaient à domicile et ceux qui déambulaient dans les rues, à la rencontre du client… Selon le type de production, le commerce était tantôt représenté par la gent féminine , tantôt par la gent masculine !

Ces marchands vendaient :

  • des produits alimentaires : les marchandes de poissons, de lait, de bouquettes, de fruits, de moutarde…
  • des objets de première nécessité, d'agrément ou de fantaisie. Parmi les plus populaires, citons la marchande d'allumettes, de fleurs, le marchand de charbon, de jouets,…
  • des services : barbiers, allumeurs de réverbères, ramoneurs, bergers, balayeurs et balayeuses de rues, boteresses, marchandes de chiffons, rémouleurs…

La rue était le théâtre d'un monde animé de cris lesquels permettaient l'identification du vendeur. A ces marchands se mêlaient également les artistes en tous genres : musiciens, joueurs d'orgue,…

Si nombre de petits métiers ont aujourd'hui disparu, on retrouve une ambiance similaire le dimanche matin, sur le célèbre marché liégeois de « La Batte ». Il n'est pas rare d'y entendre des marchands vanter leurs produits en criant et interpellant les passants.

Jean-Michel Stockem



Tous les focus