Environnement

EnvironnementEnvironnementEnvironnementEnvironnement
L’ABEILLE EN MILIEU URBAIN

L’ABEILLE EN MILIEU URBAIN
partager sur Google+ partager sur Twitter partager sur Facebook   Publié le 20-05-2021

Ce jeudi 20 mai 2021, la Province de Liège a décidé de mettre en avant le travail qu’elle mène en faveur de la biodiversité.

Elle a ainsi profité de la Journée mondiale des abeilles pour lancer officiellement son projet de ruches connectées en milieu urbain !

Depuis plusieurs années, la Province de Liège veille à réduire l'empreinte écologique de son territoire. Une démarche qu'elle mène sur tous les fronts qui pèsent dans la balance environnementale : son patrimoine immobilier économise ses consommations énergétiques, son personnel réduit ses déchets, trie, se déplace « plus durable », son action vis-à-vis des circuits courts et du « consommer local » est plus forte que jamais, ses Prix récompensent les initiatives citoyennes écoresponsables dont chacun peut s'inspirer, …

Aux multiples facettes de son action – une démarche engagée ayant pris la forme d'un Plan Climat – s'ajoute celle de la préservation de l'environnement. Au-delà de sa gestion raisonnée et respectueuses des bassins hydrographiques sous sa responsabilité dans le cadre de la gestion des cours d'eau de 2e catégorie, au-delà du soutien qu'elle apporte aux associations de sauvegarde de la biodiversité, au-delà de sa sensibilisation du public à la problématique des espèces invasives, la Province franchit aujourd'hui une étape supplémentaire dans son travail auprès des insectes butineurs.

« Car elle n'est pas novice dans cette thématique », rappelle le Député provincial André Denis, en charge de Développement durable et de l'Agriculture. « Depuis 2011, elle s'est engagée dans le Plan Maya en promettant de faire de son territoire une terre d'accueil pour les insectes pollinisateurs ». L'Institution soutient ainsi depuis longtemps l'activité apicole, propose aux apiculteurs d'extraire leur miel grâce à l'atelier itinérant de la Miellerie mobile de son Centre Provincial de Formation en Agriculture et Ruralité qui invite également à chacun de se former aux gestes professionnels en la matière, a installé une dizaine de ruches didactiques réparties sur les sites de l'insectarium Hexapoda à Waremme et du Château de Jehay, réalise des plantations mellifères (haies, vergers, prés fleuris, etc.) ou en distribue les graines, met en place des milieux de nidification tels que des hôtels à insectes ou des empilements, sensibilise petits et grands à l'apiculture lors de foires et d'évènements, participe à des groupes de travail relatifs à la lutte contre différentes pathologies apicoles telles que la varroase et la loque américaine, …

A cela s'ajoute des actions qui, bien que non à proprement parler centrées sur les abeilles et leurs homologues, jouent pourtant un rôle dans pérennisation d'une diversité de la faune butineuse. Pensons au projet européen Interreg Noé qui crée des jardins collectifs, urbains ou ruraux, en prêtant une attention particulière à la création du potager et de son écosystème. Pensons à l'encadrement de nos maraichers bio ou aux réseaux d'avertissement de l'ASBL provinciale Végémar qui encouragent les agriculteurs à pratiquer une protection raisonnée de leurs cultures contre les maladies et ravageurs et, en limitant le recours à des produits phytopharmaceutiques et en évitant les traitements systématiques, amenuisent l'impact de l'activité agricole sur les insectes. Pensons à la promotion des circuits courts et donc des produits de nos apiculteurs locaux.

Et on en passe. Une étape de plus, on le disait.

La Province s'est d'ailleurs engagée à la franchir en l'inscrivant noir sur blanc dans son Programme Stratégique Transversal 2018-2024, dans le cadre de son intention d'assurer la préservation et le développement de la biodiversité sur son territoire en implantant des ruches et en développant des prés fleuris. Voilà qui était clair.

Et nous voici donc aujourd'hui.

Alors, pourquoi des ruches en milieu urbain ? Parce qu'elles ont le mérite d'être visibles et donc de sensibiliser la population à l'importance du travail des abeilles, qu'il ait lieu à la ville ou à la campagne. Inscrire ces ruchers dans le paysage citadin, c'est réancrer la nature au cœur des villes et permettre à leurs habitants de se reconnecter à elle.

Et l'idée de connexion est poussée loin dans ce projet provincial puisque ces ruches sont équipée de balances de thermomètres, de caméras – elles sont connectées – pour en tirer le meilleur, grâce aux moyens du monde moderne !

La ruche connectée est un outil numérique majeur qui permet à l'apiculteur d'obtenir une vision complète, à distance, des conditions de vie à l'intérieur de la ruche. Il peut ainsi y exercer une surveillance en dehors des périodes de visite : la nuit, par mauvais temps ou encore en hiver.

C'est une ruche équipée pour surveiller le comportement et la santé de la colonie qui la peuple. Elle dispose d'une batterie de capteurs, d'enregistreurs et de transmetteurs reliés à un microprocesseur embarqué. On peut dès lors prendre connaissance à distance, entre autres, du début, de la prolongation ou de la fin d'une miellée et donc organiser la récolte du miel, des bonnes ou mauvaises conditions d'élevage des larves et des nymphes de la ruche via les capteurs de températures intérieure et extérieure, et d'hygrométries relatives intérieure et extérieure, des mouvements et déplacements de l'essaim, du contexte météo fondamental pour comprendre certains changements dans l'activité des abeilles.

L'idée est ainsi de pouvoir étudier les abeilles – ici, des abeilles Buckfast – en tant que sentinelles de notre environnement, en tant que bioindicateurs. Car la Province de Liège entend mettre à profit son statut de pouvoir public de proximité pour offrir, par le truchement de ses ruchers urbains, un service protéiforme aux acteurs de terrain. Elle éclairera ses partenaires de recherche et ses enseignants et formateurs en apiculture sur le comportement des abeilles, sur l'évolution de la flore urbaine et péri-urbaine, sur le suivi environnemental. Elle aidera à déterminer les périodes de floraisons, d'équilibre ou de manque de nourriture, à évaluer l'impact de pratiques environnementales telles que les aménagements paysagers ou les couverts végétaux. Elle veillera à maintenir un essaim vigoureux et en forme, apte à aller polliniser la flore environnante, assurant ainsi les chances de maintenir et développer une végétation dense et fleurie, réduisant la période de carence alimentaire. Elle pourra aller encore plus loin en développant du contenu informatif et didactique à l'égard des petits et grands.

Pour débuter cette mission ambitieuse, trois sites « tests » ont été retenus :

Le toit du bâtiment du Val Benoit ;

Le toit du Campus 2000 à Seraing ;

Le jardin des bureaux de la rue Fond Saint-Servais.

Tous présentaient le profil recherché. En pleine ville, à proximité de sources de nourriture suffisantes, soumis à une réglementation qui permettait de se lancer dans l'expérience. Si l'essai est prometteur, d'autres lieux pourraient ensuite accueillir ces ruches connectées et leurs essaims.

Qui dit ruche, dit… miam ! Voici une conséquence appétissante de l'installation de ces ruchers : les abeilles provinciales vont faire du miel. Et, s'il ne s'agit pas de l'essence de l'action mise en place, cette production sera appréhendée selon la même philosophie que les autres aspects qui nous occupent ici. Loin de vouloir concurrencer le travail des apiculteurs de son territoire, la Province de Liège l'utilisera justement pour poursuivre la sensibilisation de chacun au travail crucial mené par ceux-ci et au plaisir de déguster le fruit de leur labeur en consommant local. Distribué lors des évènements auxquels participe le Département Développement durable, ce miel sera l'occasion d'interroger le chaland sur les enjeux des insectes butineurs, acteurs essentiels de notre alimentation puisqu'ils sont responsables de la pollinisation d'un tiers des cultures qui nous nourrissent. Puis de rappeler les bienfaits du miel aux propriétés antibactériennes, antioxydantes et anti-inflammatoires !

Vous l'aurez compris, une ruche connectée urbaine, c'est un projet bourdonnant de promesses, essaimant une vision éclairée du rôle des insectes au sein de leur environnement et dont on espère qu'elle fera mouche (à miel) dans votre esprit !



Information(s) pratique(s)

www.provincedeliege.be/ruchesurbaines

www.provincedeliege.be/ruchersdidactiques

www.provincedeliege.be/mielleriemobile

L’ABEILLE EN MILIEU URBAIN
L’ABEILLE EN MILIEU URBAIN
L’ABEILLE EN MILIEU URBAIN
L’ABEILLE EN MILIEU URBAIN
L’ABEILLE EN MILIEU URBAIN
L’ABEILLE EN MILIEU URBAIN
L’ABEILLE EN MILIEU URBAIN