HEPL - HAUTE ECOLE DE LA PROVINCE DE LIÈGE

Dispositions particulières

Retrouvez toutes les dispositions particulières liées aux inscriptions:

Dispenses et/ou passerelles

Les étudiants qui ont réussi une ou plusieurs années d'études, ou partie d'études, dans l'enseignement supérieur peuvent, dans certains cas et à certaines conditions, obtenir des dispenses de cours, voire s'inscrire directement dans une année supérieure (passerelle de droit).

Vous pouvez consulter l'éventail des passerelles légales offertes et leurs conditions d'obtention à l'adresse suivante : www.enseignement.be/index.php?page=4323&navi=82.

Dans tous les cas, l'étudiant qui souhaite bénéficier de ces dispositions devra fournir (en plus des documents d'inscription) :

  • une lettre adressée au Directeur précisant la demande
  • les grilles horaires, le programme de chaque cours et le relevé des notes obtenues pour toutes les années accomplies dans l'enseignement supérieur ; documents signés et cachetés par la Direction de l'établissement d'origine
  • une copie certifiée conforme du diplôme supérieur éventuellement obtenu (ou une attestation provisoire de ce diplôme)
  • une attestation pour chaque stage effectué

Le cas échéant, d'autres documents pourraient être jugés utile à l'examen de la demande.


Procédure pour l'obtention de l'équivalence

Les étudiants qui ont obtenu un diplôme étranger d'enseignement secondaire doivent demander l'équivalence de celui-ci pour avoir accès à l'enseignement supérieur en Belgique.

Pour une inscription éventuelle pour l'année académique 2017-2018, la demande doit être introduite auprès du service compétent de la Fédération Wallonie-Bruxelles avant le 15 juillet 2017. Toute demande effectuée après la date du 15 juillet sera automatiquement reportée à l'année académique suivante.

Tous les renseignements utiles peuvent être obtenus auprès du :

Service des équivalences
Rue A. Lavallée 1 - B-1080 Bruxelles
Tél. : +32 (0)2 690 86 86
E-mail : equi.sup@cfwb.be
Site Web : www.equivalences.cfwb.be


Examen de maîtrise de la langue française

Dans la mesure où l'enseignement est donné en français, la Haute Ecole organise, au moins deux fois au cours de l'année académique (une fois avant le 30 octobre et une deuxième fois au plus tard la veille du 1er jour de la session d'examens du mois de juin), un examen de maîtrise suffisante de la langue française.

L'examen doit permettre de vérifier les compétences en langue française de l'étudiant et l'évaluation aura pour objet :

  • Une compréhension de la langue française qui permette à l'étudiant de suivre de manière fructueuse les études pour lesquelles il demande l'inscription.
  • Une aptitude à la communication orale et écrite qui lui permette de s'exprimer de manière fructueuse dans le cadre des travaux et des examens que comporte le programme d'études correspondant.

L'examen comporte deux volets :

  • Une épreuve écrite : à partir d'un exposé (d'environ un quart d'heure) ou d'un texte (de 2 à 3 pages maximum) traitant d'un sujet général, l'étudiant fera un résumé en texte continu (d'une vingtaine de lignes).
  • Une épreuve orale : une conversation centrée sur le sujet de l'écrit visera à vérifier la bonne compréhension de l'exposé ou du texte de départ et à apprécier l'aptitude à la communication orale de l'étudiant.


Jurys de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Depuis le 1er janvier 2011, les jurys de la Fédération Wallonie-Bruxelles ne sont plus organisés par l'administration de la Fédération Wallonie-Bruxelles, mais sont décentralisés au niveau des Hautes Ecoles.

Le Conseil Inter réseaux de concertation a fourni des règles, que la Haute Ecole de la Province de Liège a intégrées dans son Règlement général des études. Ces règles sont d'application depuis la rentrée 2011.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter ce document et la page www.enseignement.be/index.php?page=25375&navi=4483.


Valorisation des acquis de l'expérience (VAE)

Depuis l'année académique 2010-2011, la Fédération Wallonie-Bruxelles souhaite développer le concept de valorisation des acquis de l'expérience (personnelle et/ou professionnelle). Elle a ainsi fourni aux Hautes Ecoles des procédures harmonisées pour leur permettre d'appréhender pleinement la notion de VAE.

La valorisation des acquis de l'expérience peut mener à :

  • l'obtention de dispense(s) de cours, accompagnée d'une éventuelle réduction de la durée minimale des études ;
  • l'accès à des études de 2e cycle ;
  • l'établissement d'un programme spécifique.

L'accès à des études de 2e cycle concerne la personne qui a acquis, au travers d'expériences personnelles et/ou professionnelles, un ensemble de compétences qu'elle souhaite valoriser pour s'inscrire dans un 2e cycle alors qu'elle ne dispose pas d'un parcours académique lui donnant accès de plein droit à ces études.

L'établissement d'un programme spécifique est une mesure exceptionnelle qui s'applique dans le cas où l'ampleur de l'expérience du candidat lui confère un ensemble de compétences proche de celui du diplômé. Les autorités de la Haute Ecole établissent, sur avis du jury VAE, un programme d'au moins 60 crédits susceptible d'enrichir cette expérience de façon à conduire le candidat à l'obtention du diplôme.

L'attention des candidats potentiels est attirée sur les éléments suivants :

  • Il est question ici d'une valorisation et non pas d'une validation. Au minimum, le candidat VAE doit suivre une année de formation.
  • Les candidats doivent eux-mêmes rédiger un dossier de demande. Le processus nécessite donc une implication de leur part.
  • Les dossiers doivent être rentrés auprès des autorités de la Haute Ecole pour le 15 mai ou pour le 15 octobre.

Les dossiers à remplir sont téléchargeables :

Plus d'informations sur la VAE peuvent être obtenues sur la page "Orientation et VAE" du Centre FORMA+.

Etudiants à profil spécifique

La HEPL se veut particulièrement attentive face aux étudiants à profil spécifique (handicap, maladie invalidante, trouble de l'apprentissage...) et développe
un Service Inclusion afin de favoriser la mise en place de mesures et de ressources destinées à accompagner les étudiants bénéficiaires.

Le décret de l'enseignement supérieur inclusif vise un enseignement qui met en oeuvre des dispositifs visant à supprimer ou à réduire les barrières matérielles, pédagogiques, culturelles, sociales et psychologiques rencontrées lors de l'accès aux études, au cours des études et à l'insertion professionnelle.