Trimestriel Notre Province

Trimestriel Notre ProvinceTrimestriel Notre ProvinceTrimestriel Notre ProvinceTrimestriel Notre Province
Endométriose - Des règles qui font mal, ce n'est pas normal !

L'endométriose : des règles qui font mal, ce n'est pas normal !
partager sur Google+ partager sur Twitter partager sur Facebook   Publié le 17-05-2021

L’endométriose est une maladie qui touche une femme sur dix, 25.000 en province de Liège. Malgré́ ce taux élevé́, elle reste méconnue du grand public. Parlons-en !

À travers une vaste campagne de sensibilisation menée en collaboration avec les centres d'endométriose du CHC MontLégia et du CHR Citadelle, la Province de Liège veut informer les femmes et les jeunes filles sur l'endométriose, comment elle se manifeste et ce qu'il faut faire en cas de symptômes. Elle pense qu'il faut également sensibiliser toutes les personnes qui sont indirectement touchées par la maladie : l'entourage, les conjoints, les parents, les médecins, les entreprises. C'est un mal qui concerne la société dans son ensemble.

Invisible et taboue, l'endométriose isole

L'endométriose est une maladie inflammatoire dont le symptôme le plus courant est une douleur insupportable au ventre et dans le bas du dos, pendant ou en dehors des règles. Au-delà des conséquences sur la santé, l'endométriose a de lourdes répercussions sur la vie sociale, professionnelle, familiale et intime des femmes et des jeunes filles. Les douleurs sont parfois telles qu'elles les empêchent de se tenir debout. L'absence de signes extérieurs rend difficilement compréhensibles les crises de douleur, les absences répétées au travail ou les évanouissements. Aussi, celles qui souffrent se sentent incomprises, voire même cataloguées de « douillettes ». Par ailleurs, la croyance selon laquelle des règles douloureuses sont normales a largement contribué à la non-reconnaissance de la maladie.

Ensemble, sortons l'endométriose de l'ombre

La campagne de sensibilisation de la Province veut casser les tabous et porter haut et fort ce message : « Des règles qui font mal, ce n'est pas normal ! Il faut consulter votre médecin. » C'est notamment au travers de témoignages de femmes touchées par l'endométriose, que la Province de Liège a choisi de sensibiliser la population. Dans de courtes vidéos postées sur les réseaux sociaux, quatre jeunes femmes décrivent leurs symptômes : « des coups de couteaux », « comme un oursin dans mon utérus ». Elles expliquent leur parcours et la découverte du diagnostic. « Un soulagement » pour l'une, « une énorme claque car c'est une maladie à vie » pour une autre. Elles ont cependant toutes ces mots en commun : « Je ne suis pas folle, ce n'était pas dans ma tête, j'étais légitime ». A travers ces témoignages, elles poursuivent toutes les quatre le même objectif : « Il faut en parler, pour avoir une meilleure information sur la maladie, pour que ça avance ».

Qu'est-ce que l'endométriose ?

C'est une maladie gynécologique lourdement invalidante au cours de laquelle des cellules de l'endomètre vont se loger dans d'autres parties du bas ventre. Dans ce nouvel environnement, elles provoquent alors des lésions, des kystes et des nodules, responsables des violentes douleurs souvent décrites par les femmes touchées par l'endométriose. Une femme sur dix est touchée par cette maladie.

Une maladie difficilement détectable

Les symptômes sont multiples et leur sévérité ne constitue pas une indication de l'étendue de la maladie. Les plus courants sont :

  • douleurs insoutenables pendant ou en dehors des règles ;
  • gênes ou douleurs lors des rapports sexuels ;
  • troubles urinaires et/ou digestifs ;
  • infertilité ou difficultés pour procréer ;
  • douleurs au dos, à l'épaule ;
  • parfois, une absence de symptômes.

Une consultation médicale indispensable

Il faut consulter en cas de douleur, de gêne, de symptômes alarmants ou interpellants. Plus tôt la maladie sera diagnostiquée, moins elle aura le temps de s'étendre. Le médecin généraliste et le gynécologue sont les interlocuteurs à privilégier en premier recours. Eux seuls pourront écarter d'autres pathologies et diriger leurs patientes vers le spécialiste adéquat. En effet, des examens complémentaires et l'intervention d'experts en endométriose seront nécessaires pour confirmer avec certitude le diagnostic et entamer un traitement visant à arrêter la progression de la maladie et à soulager les symptômes. A l'heure actuelle, on ne guérit pas de l'endométriose, mais on peut atténuer ou supprimer les douleurs et rendre aux femmes la capacité de mener une vie quasi normale au quotidien.

Retrouvez les témoignages des quatre jeunes femmes sur www.provincedeliege.be/endometriose.

Le site contient également toutes les informations utiles sur la maladie et la marche à suivre en cas de symptômes, ainsi que l'émission spéciale « Comment vivre sa vie de femme avec l'endométriose », co-organisée par la Province de Liège et l'asbl Enjeu dans le cadre du Festival ImagéSanté.

Les deux centres spécialisés d'endométriose en province de Liège sont :

  • le Centre Liégeois d'Endométriose - Clinique CHC MontLégia ;
  • le Centre Universitaire d'Endométriose et de Médecine Reproductive (LUCERM) – CHR Citadelle

Cet article a été publié dans le trimestriel "Notre Province" n°92 en mai 2021.