Trimestriel Notre Province

Trimestriel Notre ProvinceTrimestriel Notre ProvinceTrimestriel Notre ProvinceTrimestriel Notre Province
car transformé en centre de dépistage Covid-19

Soutien aux acteurs de la santé contre la Covid-19
partager sur Google+ partager sur Twitter partager sur Facebook   Publié le 14-09-2020

Depuis le début de la pandémie, la Province a prêté main forte aux acteurs de la Santé et du Social pour leur fournir matériel, personnel, assistance… pour les soutenir et venir en aide aux habitants.

Amener la population à s'approprier les gestes de protection

Le service I Prom'S (service Itinérant de Promotion de la Santé) et le Département des Sciences de la Santé publique de l'Université de Liège se sont unis pour mettre en place la stratégie CEdRIC : Compréhension de la situation ; Éducation des patients sur les stratégies d'autogestion ; Références à des ressources fiables ; Instruire des mesures à prendre en cas d'urgence ; Confirmation de la compréhension des informations.

Il s'agit d'une méthode d'intervention brève menée auprès des personnes qui se présentent dans un centre de testing pour les sensibiliser aux conduites à tenir pour casser la chaîne de contamination du virus. CEdRIC vise à aider les citoyens à comprendre pourquoi les mesures de prévention sont capitales, dans quelles conditions et de quelle manière il faut les appliquer. L'objectif est qu'ils les intègrent plus aisément dans leur quotidien pour devenir les acteurs de leur propre santé mais aussi des sujets actifs dans la lutte contre le coronavirus.

Concrètement, la personne qui arrive sur le site de dépistage reçoit des informations sur les mesures de prévention et de la documentation. Soit elle donne son accord pour être recontactée 3 jours plus tard pour poser des questions éventuelles et apprécier la manière dont elle a intégré cette démarche, soit elle rappelle spontanément le service I Prom'S pour obtenir une aide complémentaire. Depuis le mois de juin, le nombre de citoyens en recherche de soutien ne cesse d'augmenter dans un contexte pandémique évolutif, si bien que l'encadrement est continuellement adapté aux besoins.

Un programme de remise sur pied des patients Covid-19 avec le CHU

Le CHU de Liège a développé un trajet de soins spécifique pour les patients Covid-19 qui ont été hospitalisés en soins intensifs et qui doivent se remuscler et regagner du souffle pour retrouver toute leur autonomie. Le service de Médecine du Sport de la Province vient en appui au CHU en prenant en charge des patients guéris.

Leurs capacités cardio-pulmonaire et musculaire ont été mesurées une première fois trois mois après leur sortie de l'hôpital, en août-septembre, et le seront une deuxième fois un an après leur hospitalisation en avril-mai 2021. Sur cette base, le médecin du sport délivre des conseils personnalisés pour aider les patients à retrouver une bonne condition physique. Il les oriente aussi vers des activités adaptées. Chaque bilan est transmis au CHU qui assure le suivi de la prise en charge.

Cette participation du service de Médecine du Sport dans le trajet de soins s'inscrit dans le projet Pass-Sport « Sport sur ordonnance » de la Province, qui propose à chaque citoyen de pratiquer une activité physique dans des conditions de sécurité maximale. Ce soutien provincial permet au CHU de se consacrer davantage aux patients Covid-19 souffrant de lésions, à ceux qui ont reporté leurs soins durant le confinement et à ceux qui présentent d'autres pathologies.

Interview de Michel Meuris

Dans la lutte contre le coronavirus, la Province de Liège vient en appui aux cercles de médecins généralistes et aux hôpitaux de son territoire en mettant à disposition, depuis le mois de mai, soit des cars transformés en centre de dépistage Covid-19 soit du personnel médical. Rencontre avec le Docteur Michel Meuris, Médecin généraliste à Spa et Président de l'Association des Médecins généralistes de l'Est francophone de Belgique (AGEF).

Comment est née votre collaboration avec la Province ?

Au début du déconfinement, nous étions sous pression pour effectuer le dépistage des patients. Nous pouvions assumer l'aspect médical mais pas la logistique par manque de personnel. J'ai répondu à la proposition de soutien de la Province pour bénéficier de ressources humaines. C'est de là que notre collaboration est partie, avec mise à disposition d'une infirmière et d'un agent administratif du service de la Santé pour nous aider à encoder les tests au CHR de Verviers mais aussi une infirmière pour soutenir le médecin au CHR de Malmedy.


Comment fonctionne cette collaboration ?

A partir de début mai, il nous a été demandé de créer des centres pour tester un maximum de gens. Les mesures du CNS ayant évolué et disposant de suffisamment de tests, on nous a demandé d'intensifier les dépistages. Nous avons créé un centre à Verviers sous forme de drive-in près du hall omnisport de Gérardchamps. Nous avons pu bénéficier de l'aide de médecins au sein de notre cercle qui sont venus en renfort. Par contre, nous avions aussi besoin de personnes pouvant assurer l'administration de ces tests car il fallait les encoder, les mettre sous sachet, les garder dans un frigo etc. Le personnel de la Province est venu en renfort et a pu nous aider fortement à mettre ce système en place.

Comment cela se passet-il concrètement ?

L'encodage actuel est réalisé sur papier. Il faut bien vérifier que l'attestation du médecin généraliste est en ordre. C'est important pour nous car c'est l'administratif qui nous prend le plus de temps. Les tubes doivent correspondre au numéro national du patient, avec la demande du médecin, avec un numéro de téléphone valide… Tout cela doit être vérifié pour pouvoir effectuer un traçage efficace par la suite. Le rôle administratif est tout aussi important que le rôle du prélèvement. Dans les centres de tests, le patient doit venir muni d'une prescription médicale. On essaie de limiter le nombre de personnes à celles qui soit ont des symptômes, soit sont en contact à haut risque avec une personne positive, soit reviennent d'une zone rouge, par exemple. Toutes les recommandations sont envoyées par le médecin traitant vers le centre de test qui s'occupe de réceptionner les personnes, de réaliser le test et de l'envoyer au laboratoire qui lui-même avertit la personne du résultat.

Que vous apporte ce soutien ?

Je pense que c'est un bon plus. Un jour, fin juillet, le nombre de demandes a explosé au point qu'on a bloqué tout un rond-point à Verviers. Avec un médecin supplémentaire et le personnel de la Province qui était bien préparé, on a pu rapidement absorber le surplus de tests. Cette aide est très efficace
pour nous et très importante.

A l'avenir, ferez-vous de nouveau appel à la Province pour une collaboration ?

Nous avons une bonne collaboration depuis plusieurs années et nous la prolongerons certainement. Notre cercle a validé encore le dépistage par les cars de la Province et, concernant le projet Tip Top du service de la Santé, nous étions les premiers à participer. La collaboration va continuer, c'est sûr.

La Province de Liège s'investit pour rester un partenaire clé du secteur de la santé tant dans la sensibilisation que dans la prévention.

article publié dans le trimestriel "Notre Province" n°90 de septembre 2020

car transformé en centre de dépistage Covid-19
Docteur Michel Meuris, Médecin généraliste à Spa et Président de