Trimestriel Notre Province

Trimestriel Notre ProvinceTrimestriel Notre ProvinceTrimestriel Notre ProvinceTrimestriel Notre Province
CaSS - Carrefour Santé Social

Dossier Covid-19: Interview Nathalie Simon Directrice du CaSS, Dr Alexandre Clotuche Médecin du CaSS
partager sur Google+ partager sur Twitter partager sur Facebook   Publié le 22-06-2020

Le CaSS (Carrefour Santé Social) de la Province de Liège joue un rôle majeur dans la prise en charge des personnes précarisées depuis l'apparition du Coronavirus.

Rencontre avec Nathalie Simon, Directrice, et le Dr Alexandre Clotuche, médecin, les chevilles ouvrières provinciales du Collectif Astrid.

EN QUOI CONSISTE LE COLLECTIF ASTRID ?

Nathalie Simon : Dès lors que les structures publiques et associatives devaient fermer leurs portes durant le confinement pour des raisons de santé publique, le Gouverneur provincial a confié la mission à la Province de coordonner, sur son territoire, un dispositif pour venir en aide aux sans-abris. En partenariat avec les villes et communes, dont la Ville de Liège, les CPAS et le Relais Social, le Collectif Astrid a été mis en place pour offrir aux SDF des possibilités d'hébergement et de soins. Nous avons imaginé, sur conseil de plusieurs médecins, leur accueil sous tentes individuelles, dans le Parc Astrid, à Liège mais pas uniquement. Ce choix nous semblait moins dangereux que de rassembler tous les SDF dans un lieu confiné. Cela a porté ses fruits puisqu'un seul sans-abri, venu de Bruxelles, a été testé positif au Covid-19, mis tout de suite en isolement et soigné.

QUELLES ÉTAIENT LES DIFFÉRENTES POSSIBILITÉS DE LOGEMENT ?

La Ville de Liège, partenaire du Collectif Astrid, a donc acheté 200 tentes individuelles pour héberger les pensionnaires au Parc Astrid. Elle a également réquisitionné des hôtels pour abriter des sans-abris sortis d'hospitalisation qui ne pouvaient pas directement retourner au parc le temps de leur confinement. En parallèle, des maisons et appartements individuels appartenant au CPAS et à la Ville de Liège ont été équipés pour y installer des personnes le temps de leur confinement avant de retourner au Parc Astrid ou dans un autre lieu encadré. De son côté, La Croix-Rouge s'est vue confier la mission d'organiser un centre de confinement, financé par la Ville de Liège, au Hall des Foires de Coronmeuse pour les personnes qui n'étaient pas assez malades pour rester à l'hôpital. Des tentes individuelles y ont été installées pour confiner les patients. La Province à fourni le matériel de protection des travailleurs ainsi que le soutien de deux médecins du service provincial du contrôle médical qui se sont portés volontaires. Enfin, un dispositif encadré par un collectif de citoyens avec l'aide du Collectif Astrid a aussi été constitué à La Chartreuse et aux Coteaux.

AVEZ-VOUS CONNUS D'AUTRES DÉFIS ?

Un autre grand enjeu a été d'organiser l'aide alimentaire puisque l'ensemble des structures qui, habituellement fournissent les SDF, avaient aussi dû fermer leurs portes. Nous avons pallié cet obstacle en fournissant une aide alimentaire suffisante et conséquente. La nourriture a été fournie soit par des donateurs privés, certains cafés et restaurants ont accepté de faire des repas pour les SDF, soit par les structures elles-mêmes qui, malgré leurs portes closes, avaient toujours la possibilité de cuisiner des repas et les distribuer en drive-in à leur porte ou les faisaient arriver au Parc Astrid et les autres lieux de distribution. Un objectif était de ne pas rassembler les quelque 200 SDF au même endroit. Nous avons essayé de garder des espaces de distribution de nourriture écartés les uns des autres tout en assumant l'hygiène avec l'installation de Cathy Cabines, l'aménagement des espaces de douches ou encore la distribution de vêtements. C'était une très grosse organisation.

QUEL APPUI LA PROVINCE A-T-ELLE APPORTÉ ?

N. S. : Elle a organisé tout l'aspect médical, financé les tests de dépistage à destination des SDF, fourni du matériel de première nécessité et de protection individuelle (masques, gants, kits d'hygiène, gobelets réutilisables ...) ainsi que du personnel psycho-médico-social.

QUELS AUTRES SOUTIENS OFFRE LE CaSS ?

N. S.: L'espace social du CaSS est resté ouvert. Il a permis au CVFE (Collectif contre les Violences Familiales et l'Exclusion) de continuer à accueillir les femmes et leurs enfants victimes de violences au foyer. Le personnel provincial était là en complément pour apporter une aide sociale et à l'hébergement en plein confinement.

Nous avons également continué à apporter un accompagnement psychologique, social et administratif à toute personne en difficulté. Le soutien est amené à s'amplifier dans les mois à venir en réponse aux conséquences sociales et économiques de la crise sanitaire.

QUEL ÉTAIT VOTRE RÔLE EN TANT QUE MÉDECIN DU CaSS ?

Dr Alexandre Clotuche : Mon équipe et moi avons testé les SDF dans différents endroits de Liège. Il était essentiel de déterminer s'il y avait des contaminations entre eux, ce qui n'était heureusement pas le cas grâce à leur prise en charge. Le groupe d'infirmières faisait le tour du parc tous les jours pour voir chaque SDF. A chaque symptôme suspect, le patient m'était envoyé et placé sous confinement. Les sans-abris connaissent aussi des problèmes cardiaques, pulmonaires ou autres et ont pu être suivis sur les plans médical et social. Durant le froid en début de confinement, avoir un médecin sur place tous les matins permettait au groupe de décision d'extraire les personnes potentiellement en danger indépendamment du Covid-19.

Il était important que le personnel en contact avec les SDF soit habitué à ce public pour des raisons médicales et sociales et afin qu'une relation de confiance s'installe. Le dispositif a dû être installé en peu de jours et a continué à évoluer au fil des nouveaux événements qui se produisaient.

Les permanences n'ont jamais cessé, week-ends et jours fériés compris. Les travailleurs ont fait preuve d'un engagement exemplaire malgré la fatigue et la peur d'être contaminés. Notre espace socio-sanitaire au CaSS a réouvert suite au déconfinement. Nous avons adapté nos procédures d'accueil des SDF aux mesures d'hygiène et de distanciation sociale. Ils bénéficient des douches et reçoivent un nouveau masque et une tenue propre de la blanchisserie du CaSS en échange de leurs effets sales.

Vu que notre équipe médicale et sociale était présente tous les jours, les SDF ont identifié que le CaSS ne les a pas laissés tomber. Ils se sont sentis traités comme le reste de la population. Les différents publics du CaSS, qui connaissent un accident de vie, n'ont pas été laissés pour compte. Ici, l'accident était collectif.

(cet article a été publié dans le trimestriel "Notre Province" n°89 en juin 2020)

Information(s) pratique(s)

CaSS : Rue Saint Laurent, 79 - 4000 Liège

04/279 29 30

cass@provincedeliege.be