Soutien aux élèves et aux étudiants

Soutien aux élèves et aux étudiantsSoutien aux élèves et aux étudiantsSoutien aux élèves et aux étudiantsSoutien aux élèves et aux étudiants
Dispute fratrie

Les disputes dans la fratrie : comment réagir ?
partager sur Google+ partager sur Twitter partager sur Facebook   Publié le 03-06-2021

Les disputes entre frères et sœurs sont fréquentes dans de nombreuses familles. Sont-elles utiles ? Faut-il les accepter ? Comment réagir ?

Les disputes dans une fratrie sont un processus tout à fait normal et font partie de l'apprentissage de la sociabilité. Le partage est un principe qui s'apprend au gré des expériences de la vie.

Pour atténuer les jalousies qui jalonnent cet apprentissage, les enfants doivent assimiler le fait que leurs besoins sont différents. Ils n'ont pas besoin de la même chose au même moment que leur frère ou leur sœur et que c'est pour cette raison que vous n'agissez pas toujours de la même façon vis-à-vis de chacun d'entre eux.

  

Jusqu'où laisser faire ? 

Quand le conflit est là, il faut éviter de prendre parti. Il est plus judicieux de trouver une solution ensemble, qui ne dévalorise aucun enfant. La compréhension et le dialogue sont source de résolution de conflits. Un enfant qui se sent écouté, compris, sera d'autant plus enclin à trouver une solution. Les enfants ont le droit d'être en colère, mais ils doivent apprendre à maîtriser ce sentiment en l'extériorisant et en trouvant une solution acceptable pour tous.

Si le conflit prend de l'ampleur et entraîne une violence physique ou verbale, il est alors essentiel d'intervenir. L'ignorer la légitimerait aux yeux des protagonistes.

Après le retour au calme, par une séparation physique, il est alors pertinent de revenir sur les faits, de comprendre les raisons qui ont mené à cette situation et de faire le point, de trouver des solutions équilibrées.

C'est à travers ces expériences que l'enfant se construit, apprend. En tant que parents, vous pouvez aider vos enfants à évoluer. 

Si vous vous sentez dépassés, que vous avez tout essayé, vous pouvez contacter les CPMS pour en parler.