La bataille de Liège, le début du conflit | Province de Liège

La bataille de Liège, le début du conflit

Sur la ligne du temps, quelques dates forgent notre histoire… à tout jamais. Le 28 juin 1914, l'archiduc François-Ferdinand, héritier de l'Empire austro-hongrois est assassiné à Sarajevo par un militant serbe. Le 4 août 1914, la Belgique refuse que sa neutralité ne soit pas respectée par les troupes du Kaiser Guillaume II. C'est sur le sol de la province de Liège que les premiers combats se dérouleront et que décèdera le premier soldat belge : le lancier Antoine Fonck à Thimister.

4 août 1914 - L'invasion

A Thimister, le cavalier Antoine Fonck est le premier soldat belge tué lors de la Première Guerre mondiale.

Des combats ont lieu à Visé où les troupes belges bloquent et repoussent les Allemands au pont de Visé.

5 août 1914

L'infanterie allemande attaque le fort de Barchon.

6 août 1914

Début de la bataille de Liège dont les principaux combats ont lieu à :

  • Herstal : le 89ème bataillon allemand Mecklembourgeois tombe dans une embuscade à Herstal, place du Grand Puit (aujourd'hui place du 12ème de Ligne). Le chef de corps est tué, le drapeau est pris et 400 soldats sont faits prisonniers.
  • Rabosée : 400 militaires belges repoussent au prix de grands sacrifices plus de 3.000 Allemandes durant deux jours (les 5 et 6 août).
  • Au Sart-Tilman où se déroule une bataille titanesque dans la nuit du 5 au 6 août sur le plateau du Sart-Tilman qui verra les troupes allemandes se replier sur leurs positions de départ.

7 août 1914 - Prise de la ville de Liège

Des brigades allemandes s'infiltrent et créent une percée dans la ceinture des forts liégeois, entre Fléron et Evegnée, malgré une défense tenace des soldats belges.

Par ailleurs, des troupes allemandes arrivent par le pont d'Amercoeur au centre de Liège. Face à la Citadelle, elles font sortir la faible garnison. 5.000 hommes prennent possession de Liège.

8 août 1914 - Atrocités allemandes au pays de Herve

38 civils assassinés et 300 maisons détruites au pays de Herve.

12 août 1914 - Le fort de Lantin est attaqué par les Allemands

Face à la résistance des forts, l'Etat-major allemand fait entrer en action son artillerie lourde avec le 420 allemand dit « Grosse Bertha ». Ce canon tire à 14,5 Km des projectiles d'un mètre de hauteur, pesant 931 kg et chargés de 106 kg d'explosif. Il faut une minute à un obus de 420 pour effectuer sa trajectoire.

15 août 1914 - Chute des forts de Loncin et de Lantin

L'une des deux poudrières de Loncin explose sous les coups de la « Grosse Bertha ». 350 soldats sont ensevelis sous les décombres.

Chute du fort de Lantin avec une garnison au bord de l'asphyxie.

15 et 16 août 1914 - Atrocités allemandes à Visé

La ville de Visé est presque entièrement incendiée et démolie. 42 Visétois sont massacrés, 600 maisons sont rasées.

16 août 1914 - Fin de la bataille de Liège

Reddition des forts de Flémalle et Hollogne.

20 août 1914 - Atrocités allemandes à Liège

17 civils, choisis au hasard sont fusillés sur l'actuelle Place du XX août qui fut incendiée directement après la fusillade.

9 novembre 1918 - Abdication du Kaiser Guillaume II à Spa

C'est à Spa, où était installé son quartier général, que le Kaiser Guillaume II signe son abdication ainsi que les décisions pour l'Armistice. Il partira en exil aux Pays-Bas pour y décéder en 1941.

11 novembre 1918 - Armistice

Signature de l'Armistice entre l'Allemagne, la France et ses alliés, à la clairière de Rethondes dans la forêt de Compiègne dans l'Oise (France). Cet acte marque la fin des combats de la Première Guerre mondiale et la victoire des alliés.

Liège, terre de resistance

Des dates, des villes, des noms resteront associés à ce premier conflit mondial comme la bataille de la Marne, utilisation de gaz asphyxiants (Ypres), Verdun…

La bataille de Liège (les douze forts et la 3ème Division d'Armée commandée par le Lieutenant-Général Bertrand) fait partie de l'histoire. Ainsi, le Président français déclara : "Le retard que la résistance de Liège a imposé aux allemands nous a permis d'achever entièrement notre concentration, de faire venir dans le Nord des troupes d'Algérie et même d'être sur le point d'y recevoir une partie des troupes du Maroc. En même temps, ce délai a laissé aux Anglais la possibilité de se concentrer."

Le général Von Bülow envoya, le 10 août 1914, au Grand Quartier-Général Allemand : "Tous les forts, sauf Barchon, sont encore au pouvoir de l'ennemi. Aussi longtemps que les forts ne seront pas tombés la traversée de Liège est inexécutable".

Cette résistance sera reconnue de tous ! L'historienne américaine Barbara Tuchman a écrit : "ce que la résistance de Liège a offert aux alliés, ce n'est ni deux jours ni deux semaines, c'est un idéal et un état d'esprit."