Fêtes de Wallonie

Fêtes de WallonieFêtes de WallonieFêtes de WallonieFêtes de Wallonie

Les Nuits Indé de la Province de Liège

La Province de Liège vous propose de nouveau ses "Nuits Indé", un concept mis en place pour soutenir et mettre en avant les musiciens et les structures qui font la réputation de la scène musicale liégeoise.Au vu de la crise que traverse depuis de nombreux mois le monde culturel, la Province de Liège a souhaité établir une programmation éclectique autour de groupes liégeois et de groupes issus de la Fédération Wallonie-Bruxelles soutenus par des structures liégeoises.

Cette seconde édition des Nuits Indé sera l'occasion de découvrir et de soutenir de nombreux groupes prometteurs qui feront, nous n'en doutons pas, l'actualité musicale des années à venir.

Les Nuits Indé 2021 au Réflektor - du jeudi 16 au samedi 18 septembre 2021

Les Nuits Indé 2021 de la Province de Liège au Réflektor

Au programme (détails et modalités à venir):

Jeudi 16/09 : Aucklane – Annabel Lee – The Brums

Vendredi 17/09 : Onha – Lo. – Glauque

Samedi 18/09 : MMUURR – Mutiny On the Bounty - Bothlane

Suivez les "Nuits Indé" sur Facebook

Évenement Facebook NUITS INDÉ 2021 AU RÉFLEKTOR

Le Covid Safe Ticket sera demandé pour les concerts organisés au Reflektor

Des Fêtes de Wallonie conviviales grâce au Covid Safe Ticket!

  • L'accès au Village des Confréries (Palais) et aux Nuits Indé (Reflektor) sera possible sur présentation du Covid Safe Ticket;
  • Des tests antigéniques gratuits seront disponibles devant le Palais! (valables 24h)
  • Un bracelet sera fourni à chacun afin de pouvoir entrer et sortir sans repasser par le point de contrôle.
  • Horaire du car de testing (situé devant le Palais provincial): jeudi 18h30-20h / vendredi 17h-21h / samedi 12h-21h / dimanche 10h-18h
  • Gagnez du temps, réservez dès à présent votre test antigénique

Concerts Place Xavier Neujean

Des concerts gratuits seront organisés sur la place Xavier Neujean les après-midi (infos à suivre).

Le Covid Safe Ticket ne sera pas nécessaire

LES ARTISTES À L'AFFICHE

JEUDI 16/09

The Brums

Ce brass band au line up atypique se joue des styles et tire son inspiration dans la musique électronique, l'abstract hip hop et le jazz avant-gardiste. Véritables hyperactifs, ces quatre musiciens tout-terrain sont devenus avec leurs projets respectifs des incontournables de la scène belge. Instruments acoustiques rencontrent l'électronique

(analog synth, fx), énergie et liberté rencontrent le groove dans un répertoire original composé et arrangé pour trois cuivres et un batteur.

Annabel Lee

Joyeusement foutraque et naïf, le groupe bruxellois Annabel Lee a, dès ses débuts en janvier 2017, pris le parti de ruer dans les brancards avec nonchalance. Quelques lives détonants les installe rapidement sur le radar de la scène rock garage noire-jaune-rouge.

Le groupe bruxellois perfectionne sa formule et fixe son line-up autour de la chanteuse et guitariste Audrey, avec Vankou à la basse et Hugo à la batterie. Ensemble, ils composent un premier album « Let The Kid Go » sorti en mars 2020. Les sons 90's font toujours partie de la recette mais ce sont surtout l'écriture efficace et la personnalité forte qui se dégage de leurs morceaux que la critique salue. Annabel Lee n'attend plus qu'une chose : pouvoir défendre cet album en live comme il se doit.

En juin 2020, le groupe remporte l'Octave de la Musique dans la catégorie pop-rock, juste avant de partir représenter la Belgique au Printemps de Bourges (France).

Aucklane

Les frontières sont poreuses entre l'énergie du rock et le romantisme des mots. C'est sans doute sur cette association qu'Aucklane a forgé sa personnalité, entre la puissance de ses guitares rugueuses et la désinvolture de sa voix. Cette voix sensuelle et magnétique qui menace à tout moment d'imploser, faussement désabusée ou mélancolique, et dépose du bout des lèvres ses confessions et ses satires au creux de notre oreille. La musique d'Aucklane puise ses racines dans le rock, la pop anglaise et le folk, inspirée par des artistes, rebelles et poètes des 60's-70's et surtout, de leurs héritiers des années 2000-2010.

Derrière le pseudonyme d'Aucklane, on retrouve la liégeoise Charlotte Maquet. Pas tout à fait étrangère à la scène musicale belge, elle est également claviériste au service de Condore, le side project de Leticia Collet (Dan San) et portait déjà au début des années 2010 un premier projet folk pop.

Avec Aucklane, elle signe un projet personnel, intense et entier. L'auteure compositrice et interprète s'entoure pour la scène de Sébastien Beaumont à la guitare, Louan Kempenaers à la basse et Thibault Jungers à la batterie.

VENDREDI 17/09

Glauque

Réputée pour son calme plat et sa bonhomie « à la belge », la ville de Namur est le terrain de jeux de l'un groupe le plus intriguant du moment. Sur la carte des musiques actuelles, Glauque marque le territoire de son identité forte. Ouverte aux expériences électroniques, la formation modifie l'ADN du hip-hop et explose les codes de la chanson française.

A la tête de leur propre label Ecluse, les cinq garçons s'affranchissent des codes pour défendre les valeurs d'une esthétique différente, vraiment radicale. En phase avec ses convictions, persuadé du bienfondé de sa démarche, le groupe mise sur l'artisanat, les compétences individuelles et un esprit d'équipe indéfectible. Cette maîtrise totale sur la production se matérialise aujourd'hui sous les coups de pinceaux apposés sur la pochette d'un premier E.P. sans concession. Baptisé ‘Glauque', l'objet retrace la genèse du projet en cinq morceaux essentiels.

Chez Glauque, le processus créatif est hyper instinctif. Chacun apporte sa sensibilité, ses influences, son esthétique. Ce flux continu d'idées neuves esquisse les contours d'une musique libre, hybride, totalement décomplexée. Groupe tout-terrain, collectif hors-catégorie, Glauque se faufile entre algorithmes et fils d'actualités pour établir ses propres vérités. Ancrée au cœur d'une société hyperconnecté, la formation joue sur le double sens de son nom. Entre la couleur vive de l'eau de mer et l'indéfiniment désespérant, l'univers de Glauque repose sur des contrastes saisissants. Ainsi, à travers sa musique, le groupe cristallise les paradoxes de l'époque. Au croisement des progrès technologiques, de défis écologiques et d'une humanité en danger, le monde des fake news n'est pas forcément celui que l'on voit. Comme chez George Orwell ou Philip K. Dick, la réalité de Glauque entretient des liaisons avec la dystopie et les récits de science-fiction.

Avant de passer au chapitre suivant, Glauque pose les jalons du récit. Au-delà de l'euphorie et de prémices captivantes, ce premier enregistrement laisse surtout planer les promesses d'un futur sans temps mort.

LO

Loïc Bailly aka LO est un jeune bruxellois de 28 ans qui nous arrive après les déferlantes hip-hop de ces dernières années. En tant que jeune, né dans les années 90, LO a été énormément influencé par le hip-hop et le rap français (MC Solaar, Fonky Family, IAM, 113, Oxmo Puccino,...), mais aussi par le rock (The Doors, Pink Floyd, Black Keys,…).

C'est vers l'âge de 16 ans qu'il décide d'apprendre le piano seul et de se mettre à l'écriture de ses premiers textes. " J'ai tout de suite cherché à faire un lien entre ce que j'écrivais et la musique que je commençais – maladroitement – à composer. » Il intègre ensuite son premier groupe de rock (Wyndu) avec qui il fait ses premiers pas sur scène et enregistre ses premières démos. Au fil des années, son intérêt se porte vers la composition électronique et MAO (toujours en autodidacte), dans laquelle il n'oublie jamais d'intégrer de vrais instruments (piano, guitare, saxophone, batterie, …).

C'est comme ça que petit à petit, LO écrit, compose, ses premières chansons dans sa chambre.

Résultat, il développe un univers qui vacille entre le spoken word, l'électro et le rock: des textes francs, travaillés où il nous raconte son monde, le nôtre tel qu'il le voit, sur une mélodie qui lui est propre, tantôt sur fond de piano, tantôt plus électronique.

Onha

Aramahnon Clément. Un nom qui en dit long sur le multiculturalisme qui habite ce jeune talent belge, inspiré autant par l'effervescence des cités que la chaleur de ses terres ivoiriennes d'origine. Une dualité retrouvée au coeur de sa musique, immergée dans une certaine culture hip-hop et mâtinée d'influences diverses, reflets d'une curiosité infatigable. Après s'être dévoilé sur son premier morceau, ONHA est fin prêt à prendre son envol. Et le décollage est imminent !

En puisant dans les codes d'un rap classique que lui apporteront les discographies mythiques des plus grand·es, ONHA pose sa voix rauque aérienne sur des productions léchées, tantôt moelleuses tantôt électriques. Il fait ainsi le pari de l'éclectisme en y incorporant la black music des vinyles qui ont bercé son enfance : jazz, funk, blues. Le résultat repousse les limites même du genre et prouve la richesse d'un artiste comme celui-ci, archétype de la nouvelle génération dorée du rap belge.

En s'imprégnant aussi bien de la pop culture qui colore son quotidien que des sonorités avant-gardistes qui s'emparent de l'industrie musicale actuelle, le jeune rappeur construit ses morceaux comme un véritable orfèvre, offrant à chacun son lot d'émotions. Quelque part entre une soul vaporeuse et une trap incendiaire, le rap de ONHA s'impose deux objectifs et s'efforce de les honorer. Proposer la différence. Marquer les esprits.

Un penseur céleste avec les pieds sur terre.

SAMEDI 18/09

Mutiny on the bounty

Des rythmes dansants, des acrobaties de guitare et des concerts live démentiels sont quelques mots qui pourraient vous venir à l'esprit en pensant à Mutiny On The Bounty. Depuis plus de 15 ans, le meilleur groupe du Luxembourg présente son son unique en concert avec des performances tels que And So I Watch You From Afar, TTNG et Maps & Atlases et dans en première partie de groupes tels Battles, Biffy Clyro, Russian Circles ou The Fall of Troy, tout en jouant dans certains des plus grands festivals au monde comme Roskilde, Melt !, Fusion, SXSW et Primavera. Leur dernier album « Digital Tropics » consolide leur statut d'un des groupes les plus renommés et originaux tandis que des nouveaux aspects de leur identité musical dévoilent quelque chose de plus sombre, plus dansant, et avec encore plus d'électronique.

Le groupe travaille actuellement sur un nouveau projet, toujours avec ce twist spécial et le parfum indéniable qui marque chacune des chansons de Mutiny On The Bounty.

Bothlane

Nouveau projet solo du batteur Alain Deval (The Brums, Ginger Bamboo, Quark, Anu Junnonen … ), Bothlane est un mélange de batterie et de synthé-modulaire inspirant la trance et la danse. Il puise son inspiration tant dans la techno que dans les rythmiques afro/jazz ou simplement dans la texture sonore. Pas de barrières, juste une manière fougueuse et brute d'aborder la musique et le son.

Mmuurr

Trio rock " punchy dance" Liégeois avec d'anciens musiciens de Frank Shinobi, Casse Brique, Mambo, El dinah, Coastline Truckers and ICI.

Pas un souffle… la ville s'ennuie. D'avoir attendu la nuit, elle se languit…. en ses murs, le silence est bruit. Puis un murmure… une mécanique, au loin se fait ouïr : ‘party, party'… ils marchent sur la ville, armée cinétique, l'entraînant sur un dance floor frénétique. MMUURR loope son rock, boucles mathématiques. Portés par l'élan, les électrons traversent ces corps, à qui le mouvement rend vie. Le temps d'un murmure, la ville désormais s'enivre.