LA SANTÉ DU VOYAGEUR

Le confort du voyageur

« Qui veut voyager loin ménage sa monture », disait Racine.

Et qui veut voyager bien prépare son déplacement ! Quelques suggestions peuvent vous aider à en améliorer la qualité.

Mal des transports

Mal des transports

Nausées, vomissements, vertiges, transpiration… le mal des transports incommode les voyageurs qui ne sont pas habitués au moyen de déplacement utilisé : avion, bateau, train en sens inverse de la marche…

  • En voiture et en bus, le phénomène sera moins accentué si vous occupez un siège avant.
  • En avion et en bateau, essayez de vous installer au plus près de l'appareil, là où les mouvements sont amoindris.
  • En train, en bus, asseyez-vous dans le sens de la marche.
  • Ne lisez pas, ne jouez pas. En bateau, fixez un point à l'horizon, en avion essayez de vous changer les idées en regardant le film projeté.
  • Ne mangez pas trop mais ne voyagez pas l'estomac vide. N'abusez pas de l'alcool qui peut aggraver la sensation de vertige.
  • Si vous le pouvez, couchez-vous, respirez de l'air frais, évitez de regarder des objets en mouvement.

Votre médecin pourra vous recommander des médicaments qui préviennent le mal des transports.

Décalage horaire

décalage horaire

Si vous voyagez loin, vous allez franchir plusieurs fuseaux horaires et sans doute déboussoler votre horloge interne qui fixe les heures de veille et de sommeil. Le phénomène est plus marqué lorsqu'on voyage vers l'Est.

Troubles de l'humeur, difficultés à dormir la nuit, somnolence en journée, perte d'appétit, difficultés de concentration… sont le lot du « jetlag ».

  • Si vous le pouvez, voyagez en première classe pour pouvoir dormir. Emportez des bouchons d'oreilles et un masque de nuit pour vous aider.
  • Une fois sur place, les premiers jours, évitez les repas trop lourds, l'alcool, le café, buvez de l'eau. Prendre un somnifère léger le soir et un café corsé le matin peut aider un peu.

Demandez à votre médecin des conseils pour un somnifère ou de la mélatonine qui peut améliorer votre bien-être.

Thromboses veineuses

Thrombose veineuse

Les vols de plus de 8 heures, les longs trajets en bus, en voiture ou en train peuvent provoquer des thromboses veineuses (caillots de sang) voire des embolies pulmonaires.

Consultez votre médecin avant tout projet de long trajet si vous avez des antécédents de thromboses veineuses ou d'embolies pulmonaires mais aussi si vous êtes enceinte ou si vous venez d'accoucher, si vous avez subi une intervention chirurgicale récente, si vous prenez un traitement hormonal, si vous êtes obèse, si vous avez un cancer…

Il est conseillé aux voyageurs de :

porter des vêtements amples qui ne compriment pas les jambes et qui ne serrent ni à la taille, ni aux chevilles;

de ne pas glisser de bagages à main à leurs pieds pour se réserver un espace de mouvement;

essayer d'obtenir des sièges côté couloir;

changer souvent de positions;

faire quelques pas;

porter des bas de contention jusqu'au-dessus des genoux;

boire régulièrement.

Votre médecin peut éventuellement vous prescrire des aides médicamenteuses adaptées à votre état de santé… ou vous déconseiller le voyage.

Baignades et plongées

Baignade

Si l'eau de mer est généralement sans risque de contamination, vous baigner dans une eau douce et chaude de certains pays tropicaux revient à faire trempette dans un bouillon de culture. Des tas de bactéries, de parasites et de virus s'y concentrent. Ils peuvent au mieux vous provoquer de la diarrhée ou, pire, vous occasionner une schistosomiase (vers parasites qui s'infiltrent dans le corps par la peau), par exemple. À éviter donc, surtout en Amérique du Sud, en Afrique et en Asie du Sud-Est.

Selon l'endroit que vous visitez, renseignez-vous sur la faune et la flore vivant dans l'eau : méduses, oursins, coraux, anémones, poissons venimeux, serpents de mer, plantes vénéneuses… Vous vous exposez à des risques de morsures et à des irritations.

Pour éviter ces problèmes :

  • protégez-vous en revêtant une combinaison de plongée et en portant des chaussures d'eau;
  • informez-vous aussi de la présence de requins, des courants importants et de tout autre danger lié aux récifs…;
  • lisez bien les panneaux informatifs proches de votre zone de baignade (faites-les traduire au besoin);
  • ne vous mettez pas à l'eau si vous venez de manger et/ou si vous avez bu trop d'alcool;
  • douchez-vous systématiquement après une baignade, rincez-vous bien et séchez-vous doucement les oreilles, sans utiliser de coton-tige.

Avant de pratiquer la plongée, demandez à votre médecin si votre état de santé vous le permet. Le plus grand risque que vous courez est l'accident de décompression lors d'une remontée trop rapide.

La décompression trop rapide peut aussi provoquer de fortes douleurs aux tympans.

Puisque la différence d'altitude existe aussi lorsque vous prenez l'avion, il est fortement conseillé de ne pas plonger 48h avant de vous envoler et 48h après avoir atterri.

Abstenez-vous de plonger si vous avez un rhume ou si vos trompes d'Eustache sont obstruées.

Altitude

Altitude

Si votre destination se situe en altitude, il est toujours recommandé de prévoir une ascension progressive. Vous risquez en effet de ressentir le manque d'oxygène et de souffrir du mal aigu des montagnes. Si vous avez des problèmes cardiaques ou pulmonaires, consultez votre médecin : ce déplacement sera peut-être dangereux pour vous.

Mal de tête, nausées et vomissements, toux sèche, malaise général, essoufflement intense, gonflement des mains, des pieds et du visage… sont des signes qui indiquent le « mal des montagnes ». Si vous en souffrez, ne poursuivez pas l'escalade. Si vous le pouvez, descendez de 500 m et reposez-vous une journée. Exercez-vous tout d'abord à une altitude intermédiaire et contrôlez votre rythme cardiaque. Évitez l'alcool mais buvez de l'eau, même si vous ne ressentez pas la soif.

Votre médecin pourra vous conseiller des médicaments qui peuvent vous aider à vous acclimater plus facilement

Si votre malaise est passé, repartez à l'assaut des sommets mais prudemment.

Si les symptômes persistent ou s'aggravent, redescendez immédiatement et consultez un médecin.

Déshydratation

Déshydratation

Diarrhées, vomissements, « coups de chaleur », fièvre, activités intenses, prise trop importante de diurétiques pour diminuer l'hypertension…, on perd très vite trop d'eau mais aussi trop de sels minéraux comme le potassium ou le sodium. Cette déshydratation doit être rapidement corrigée car elle peut entraîner coma et même décès, surtout chez les personnes âgées, qui ne ressentent plus trop la soif, et chez les nourrissons. Si vous constatez une forte somnolence, une confusion ou une perte de conscience, appelez les secours et installez la personne dans une pièce fraiche.

On peut se protéger de la déshydratation en buvant quelques gorgées d'eau toutes les 20 minutes (plus souvent si besoin), en ne pratiquant pas d'activité physique intense dans les heures chaudes, en s'abritant à l'ombre, en se rafraîchissant avec une douche, en portant des vêtements de teintes claires…

Exposition au soleil

Chaleur

Chapeau, lunettes solaires, vêtements amples et protecteurs, application toutes les deux heures et après baignades d'une crème solaire indice 50, pas d'exposition pendant les heures les plus chaudes, pas de baignades prolongées qui masquent l'effet de la chaleur mais qui ne vous mettent pas à l'abri d'une insolation et des coups de soleil. Les mesures recommandées par les dermatologues sont à observer encore plus scrupuleusement dans les pays chauds.

Après votre douche, n'oubliez pas d'hydrater votre peau avec du lait après-soleil.

Si une douche fraîche et un lait après-soleil suffisent souvent à soulager une légère brûlure, n'hésitez pas à appeler les services médicaux si la personne présente de la fièvre et des troubles de la conscience.

Infections sexuellement transmissibles

MST-IST

Tout rapport sexuel non protégé est un risque, chez vous comme dans les pays où vous vous rendez ! Vous vous exposez à des maladies vénériennes dont l'hépatite B, au VIH, à l'herpès génital, à la gonorrhée, à la syphilis…

Achetez vos préservatifs avant votre départ et conservez-les à l'abri de la lumière et dans un endroit frais et sec. Méfiez-vous de vous-même si vous êtes en état d'ébriété : ne perdez pas votre sécurité de vue !

Envisagez une vaccination contre l'hépatite B : elle est recommandée !

Évitez aussi les séances d'acupuncture, les piercings et les tatouages.

Se protéger des insectes, des rongeurs

rongeur

Si vous voyagez hors des sentiers battus, voici quelques conseils.

Les pieds et les jambes sont les zones les plus fréquemment ciblées par les insectes. Des parasites s'infiltrent sous la peau, sous les ongles : portez des vêtements longs, ne marchez pas pieds nus, ne vous asseyez pas à même le sol.

Si vous vous promenez dans des herbes hautes, portez des bottes et des vêtements couvrant, portez des gants solides si vous êtes amené à saisir des anfractuosités (creux dans les rochers) ou des bois couchés au sol. Dans l'obscurité, vérifiez avec une lampe de poche que vous ne rencontrerez pas d'hôtes indésirables comme des serpents, des araignées… Les scorpions se détectent mieux avec une lampe à UV car ils sont fluorescents. Dans les zones à risque, assurez-vous qu'il n'y en a pas dans votre tente ou dans votre chambre…

Afin d'éviter les rongeurs, ne montez pas votre tente près de tanières possibles, ni près de tas de bois où ils peuvent se loger. Si vous vous abritez dans une cabane, regardez si elle n'est pas déjà "habitée" et désinfectez les lieux. N'installez pas votre sac de couchage au sol. Ne laissez pas non plus de la nourriture au sol : veillez à ce qu'elle soit bien enfermée dans un conteneur solide et placez-là en hauteur si possible.