MUSÉE DE LA VIE WALLONNE

Exposition passée

"Urbain Mulkers : quatrième dimension?"

Du 03/10/2009 au 22/11/2009


Urbain Mulkers : quatrième dimension?

L'œuvre d'Urbain Mulkers transgresse aussi les frontières : une exposition à dimension pleinement eurégionale, montée à Maestricht, Saint-Trond et Liège.

Urbain Mulkers, artiste né en 1945 et décédé en 2002, a produit à sa maturité, dans les années 1984-2001, de fabuleux « emballages » d'objets ou de surfaces par des cartes de géographie.


Refaire le monde...



Dans l'évolution du travail de Mulkers, l'irruption de la cartographie ne fut pas le fruit du hasard, mais plutôt l'adéquation d'un moment propice à un enchaînement d'une passion déjà présente.

Le centre du monde n'est autre que son village natal : comme au début de la cartographie et tels les souverains étendant progressivement leurs domaines aux dépens de leurs voisins, Mulkers est parti à la conquête d'autres mondes... ou du monde autrement. Les cartes géographiques suggèrent l'espace, délimitent des frontières et figent les situations ; elles peuvent être à l'origine de la misère en lieu et place d'une entente cordiale.

En tant que peintre expérimental, Mulkers a utilisé les couleurs et la toile des cartes de géographie, les ciseaux, le pot de colle et le pinceau. Il a réalisé des découpes pour obtenir des fragments colorés qu'il a ré-assemblés en entités non reconnaissables restant à découvrir. Sur les traces des explorateurs de jadis et des célèbres cartographes, il a ainsi manipulé les océans, les pays et leurs appellations - Liège peut se situer au voisinage de Tokyo dans ses créations - mais sa peinture utilise également le coloris des cartes géographiques en fonction de l'image qu'il fait apparaître ou du problème social qu'il soulève.

Son objectif est, au travers d'images utopiques, de perturber l'ordre établi et de stigmatiser les problématiques.

L'exposition, d'une moindre ampleur, a d'abord été visible dans une ancienne église (aujourd'hui Archives régionales) à Maastricht en janvier et février 2009, puis dans une autre église désacralisée à Saint-Trond (devenue Centre Culturel) de mai à juillet 2009.
En apothéose, cette « tournée » se clôturait en octobre et novembre 2009 à Liège, en l'église Saint-Antoine (Musée de la Vie wallonne), le plus vaste et le plus prestigieux des trois lieux. Pas moins de 50 œuvres y étaient présentées.