CHÂTEAU DE JEHAY

Focus

Art, Histoire, Nature

Province de Liège - Château de Jehay ©

Journal des travaux et découvertes – Pieux de fondations

La fondation d'un bâtiment en milieu humide peut s'avérer une tâche ardue. Fort heureusement, plusieurs techniques destinées à consolider l'assise ont été éprouvées au cours des siècles. Simples la plupart du temps, elles peuvent revêtir une complexité semblable à celle que nous pouvons observer dans certaines charpentes.

Au château de Jehay, les études des fondations réalisées dans le courant de l'année 2015 nous ont permis de constater que la grande majorité des bâtiments était construite sur ce mode avec des typologies évoluant au fil des siècles.

Les fondations se composent, premièrement, de pieux en chêne espacés d'une soixantaine de centimètres. Ensuite, une maçonnerie de blocage en grès, calcaire et chaux enserrant, en partie, les premiers pieux, est élevée. Enfin, une sablière de chêne crée une surface de travail plane destinée à recevoir le mur.

Le bois étant périssable à l'air, ces structures sont généralement réalisées sous le niveau d'eau final et protégées par un remblai composé de matériaux de construction mêlés de chaux ou de terre.

Appointés et couramment renforcés de métal, les pieux de fondations sont, quant le terrain le permet, enfoncés jusqu'à la rencontre d'une couche plus résistante qui empêchera leur glissement sous le poids de la maçonnerie. Quand cette dernière couche est inexistante ou trop éloignée de la surface, comme cela semble être le cas à Jehay, une série de pieux de plus petite dimension et fortement rapprochés (espacement inférieur au mètre) sont placés pour compacter le sol meuble et le rendre plus résistant.

Enfoncés au moyen d'un maillet ou d'une machine de battage, les pieux principaux, généralement disposés tout les 2 à 3 mètres, soutiennent une série de poutres horizontales égales à la largeur du mur à réaliser.



Tous les focus