MUSÉE DE LA VIE WALLONNE

Focus

"Petite chronique de la République Libre d'Outre-Meuse"

Les célébrations du 15 août en Outre-Meuse en août 1965 (Fonds Desarcy-Robyns)

Ses origines remontent probablement au 10ème siècle...

...lorsque le prince-évêque Notger décida de peupler cette partie de Liège encore rustique et marécageuse. Sa population, sans ostentation, conserve fièrement sa liberté d'esprit, son ton espiègle et son singularité quelque peu bohème. Sans Outre-Meuse, Liège perdrait beaucoup en poésie et en humour.


Naissance et reconnaissance d'une République

En 1927 des journalistes et des personnalités d'Outre-Meuse font un voyage à Paris ; ils y découvrent les réalisations de la Commune Libre de Montmartre laquelle inspira la réunion de divers groupements d'Outre-Meuse pour créer une association similaire. Ses buts demeurent prioritairement folkloriques et philanthropiques. La République Libre d'Outre-Meuse (R.L.O.M.) était née !

C'est également en cette même année que retentit pour la première fois « l'Hymne de la République », intitulé Djus-d'là-Mouse po tot, dont on doit les paroles à Joseph VRINDTS et la musique à Joseph DUYSENX.

Le saviez-vous ?

  • Pendant et après la Seconde Guerre Mondiale, en faisant de la résistance, la R.L.O.M. a su se montrer proche et solidaire de ses citoyens en distribuant des colis alimentaires aux familles démunies et des jouets aux enfants. Il n'était pas rare que les membres de la R.L.O.M. puisent même dans leurs deniers personnels…
  • La République Libre d'Outre-Meuse s'est battue pour que soient menés à bien d'importants projets culturels comme la création et la maintenance de l'École de Musique Grétry, le musée et Théâtre Tchantchès, centre de culture locale…
  • La république Libre d'Outre-Meuse est à l'origine du monument au Général Bertrand et du monument Tchantchès.
  • Outre-Meuse était jadis connue pour la promiscuité de ses petits métiers et ses marchands de rue…
  • Le Roi Baudouin, le Pape Jean-Paul II, Georges Simenon, Line Renaud, Annie Cordy et tant d'autres…sont venus rendre hommage à Tchantchès !
  • La sortie du Bouquet, lors des festivités du 15 août, a la même signification que le combat de saint Georges contre le Dragon, célèbre à Mons : il s'agit de la victoire du Soleil sur l'Hiver. Le Bouquet est aussi l'équivalent de l' « Arbre de Mai » en France, du « Meiboom » bruxellois, du « Maypole » anglais, et du cortège de la « Reine de mai », la petite fiancée du printemps promise en mariage au Soleil…
  • En Outre-Meuse, les festivités du 15 août dépassent largement le cadre chrétien de célébration de l'Assomption. Elles réunissent chaque année des dizaines de milliers de visiteurs de tous horizons…
  • La ville de Liège compte plus de deux cents potales ; celles d'Outre-Meuse présentent la particularité d'être dédiées à la Vierge Marie, à l'Notru-Dame d'èmé l'awous (Notre-Dame de la mi-août). Traditionnellement, chaque potale possède sa gardienne, chargée de son entretien. A l'origine, cette gardienne quêtait le samedi « ine sans » (un sou) auprès des habitants du quartier pour maintenir en bon état le petit édifice votif…
  • Le 16 août, il faut enterrer Matî l'Ohê. Cette cérémonie a lieu « dans l'intimité », entre gens du quartier, sans tralalas, loin de la grande foule. Elle constitue en quelque sorte le pendant iconoclaste de la fête mariale : on y parodie la religion, on se moque du prêtre, on chante des chansons paillardes…

Françoise Delvaux



Tous les focus