Musée de la Vie wallonne

Musée de la Vie wallonneMusée de la Vie wallonneMusée de la Vie wallonneMusée de la Vie wallonne

Focus

"A travail égal, salaire égal : le combat des femmes de la FN"

FDR 5721 19660216 planche 25 négatif #2

Un combat pour l'égalité des salaires entre hommes et femmes. Un principe qui, encore aujourd'hui, en Belgique, est loin d'être appliqué!

Le Traité de Rome (1957), qui institue la Communauté économique européenne, prévoit, dans son article 119, l'instauration de l'égalité des rémunérations masculines et féminines sur base d'un travail égal. Mais en Belgique, ce principe est loin d'être appliqué.

Les premières contestations à la FN, en région liégeoise...

Fleuron du bassin industriel liégeois, la Fabrique nationale d'armes de guerre d'Herstal utilise un important personnel féminin. En 1966, cette société compte environ 3800 ouvrières, réparties entre la cartoucherie (600), l'armurerie (3000 dont plusieurs centaines de « femmes-machines ») et l'usine chargée du montage des moteurs à réaction (200). Mais dans l'entreprise, où les tâches de maîtrise, d'encadrement et les postes à responsabilité sont presqu'exclusivement confiés aux hommes, les possibilités de promotion pour les femmes restent rares et les inégalités salariales flagrantes. C'est ainsi que pour le même type de travail, la différence entre le salaire d'une femme et d'un homme oscille entre 23 et 28 %.

Le 9 février 1966, le payement des salaires provoque les premières contestations. Le travail reprend finalement. Mais une semaine plus tard, le 16 février, alors qu'aucun changement n'est intervenu, les ouvrières refusent de travailler et entament une grève. C'est le début du mouvement ! Sur base de la revendication « A Travail égal, salaire égal », elles sont plus de 3000 à débrayer.

Une grève au finish!

D'assemblée en assemblée, la grève est reconduite semaine après semaine, pour évoluer progressivement vers une grève au finish. Plusieurs manifestations ont lieu, à Herstal et à Liège. Petit à petit, le mouvement, né spontanément, s'organise. Ainsi, le 28 février, un comité de grève, composé de 29 femmes grévistes, est constitué et reconnu par les organisations syndicales. Il est notamment chargé de la répartition des fonds récoltés au profit des grévistes.

Le 5 mai, après avoir notamment obtenu de la direction une augmentation salariale substantielle (2 francs de l'heure, alors que les grévistes en réclament 5), l'assemblée générale décide de reprendre le travail. La reprise s'effectue entre le 9 et le 11 mai, dans le calme. Cette grève aura finalement duré 12 semaines, pendant lesquelles le conflit, étendu à d'autres entreprises (ACEC à Herstal, Ateliers Schreder à Ans…), a suscité un vaste mouvement de solidarité auprès des organisations féminines. Les revendications initiales, notamment en matière d'égalité salariale, sont cependant loin d'être entièrement satisfaites, même si les grévistes obtiennent gain de cause sur le principe.

Le soutien de la presse

Cette action, fortement relayée par les médias belges et étrangers, a aussi pris une dimension internationale, devenant le symbole du combat des femmes en faveur de la promotion de la femme et de l'égalité salariale.

« La grève de Herstal a pris une portée européenne et une valeur exemplaire (…), elle accélère un mouvement irréversible que les égoïsmes ou les particularismes nationaux avaient quelque peu entravé »[1].

Aujourd'hui...

À l'heure actuelle, même si maintes avancées ont été obtenues, force est de constater qu'il subsiste de nombreuses inégalités professionnelles entre hommes et femmes : vulnérabilité face au chômage, bas salaires, écarts salariaux, précarité de l'emploi, prédominance masculine dans l'attribution des postes à responsabilité…

-----
[1] in Le Monde, 7 mai 1966.

Anne Stiernet

Photos extraites du Fonds Desarcy-Robyns - Musée de la Vie wallonne

 (c) FDR - MVW 1966
 (c) FDR - MVW 1966
 (c) FDR - MVW 1966
 (c) FDR - MVW 1966
 (c) FDR - MVW 1966
 (c) FDR - MVW 1966
 (c) FDR - MVW 1966
 (c) FDR - MVW 1966
 (c) FDR - MVW 1966
 (c) FDR - MVW 1966


Tous les focus