MUSÉE DE LA VIE WALLONNE

Focus

"Le Fonds d’Histoire du Mouvement wallon a 60 ans!"

FHMW/ Irène VRANCKEN -PIRSON entourée d'Arille Carlier et Maurice Destenay, le jour de l'inauguration 1956-001

Première partie d'un focus consacré aux 60 ans d'histoire du FHMW...

Le 18 février 1956, le Fonds d'Histoire du Mouvement wallon (FHMW) ouvrait ses collections au public. Situé dans l'ancienne bibliothèque des Chiroux, ses installations se composaient alors d'un bureau et d'une petite salle de lecture. L'idée de rassembler ces pièces d'une histoire qui reste à écrire peut, sans nul doute, être attribuée, à Fernand SCHREURS (Liège 1900- Liège 1970). Le Secrétaire général du Congrès national wallon avait déjà rassemblé bon nombre d'ouvrages, de périodiques et de pièces d'archives relatifs à un mouvement identitaire né dans les dernières décennies du XIXe siècle.

Le 21 juin 1949, Fernand SCHREURS propose à la Ville de Liège de constituer un service destiné à recevoir cette documentation. Le Collège échevinal marque son accord et suggère la création d'une Commission administrative chargée d'encadrer la récolte des témoignages susceptibles d'être utilisés par les futurs historiens.

Présidée dans les années 1950 et 1960 par Maurice DESTENAY (d'abord échevin de l'Instruction publique puis bourgmestre de la Cité ardente de 1963 à 1973), cette commission est placée sous la houlette de Jean VAN CROMBRUGGE (Liège 1922-Liège 1995). Philologue, professeur de français puis directeur de l'Ecole normale de Liège (Jonfosse), VAN CROMBRUGGE est engagé politiquement depuis sa jeunesse. Membre actif de Wallonie libre dès 1945, membre du Comité permanent du Congrès national wallon, il préside le Mouvement libéral wallon à partir d'octobre 1962 … En matière régionaliste, étude et action sont souvent inextricablement liées comme le démontrent les parcours de nombreux « wallingants » d'hier et d'aujourd'hui…

L'inauguration

Lors de la cérémonie d'inauguration de ses locaux, le Fonds d'Histoire accueille le « gratin » des militants de l'époque. Dans son discours, Maurice DESTENAY, après avoir remercié les architectes du projet, énumère les embûches administratives et matérielles surmontées par les édiles liégeois pour assurer l'ouverture des collections au public. Il n'est pas le seul à prendre la parole.

Arille CARLIER (Monceau-sur-Sambre 1887-Charleroi 1963) avocat carolorégien, écrivain wallon et militant de la première heure, rend hommage aux autorités communales liégeoises. Pour lui, en ouvrant le FHMW au public, elles ne se dérobent pas aux obligations qui incombent à la « Cité la plus importante du pays wallon » et vont au-devant d'elles « allègrement, sans attendre un appel venu de l'extérieur ».

Les débuts

Aidée par les conseils des membres de la Commission administrative du Fonds d'Histoire, Irène PIRSON (épouse VRANCKEN ; Liège 1922-Liège 1999) devient la première conservatrice du FHMW. Jusqu'en 1970, c'est elle seule qui accueille les étudiants, les chercheurs mais aussi les curieux. Aujourd'hui encore, les anciens se souviennent de cette historienne qui, appuyée par des autorités conscientes de leurs obligations, œuvra pendant plus de trente ans à la vitalité d'une collection qui constituait déjà: « le fonds le plus important pour l'étude du Mouvement wallon ».

S'appuyant dès le début sur une abondante documentation confiée aux soins de Madame VRANCKEN par ses figures tutélaires, Fernand SCHREURS, Arille CARLIER ou encore François VAN BELLE (Tilleur 1881-Tilleur 1966 ; député socialiste, vice-président de la Chambre des représentants, désigné président d'honneur de Wallonie libre en 1958), le Fonds acquiert régulièrement des monographies et des périodiques en relation avec ses sujets de prédilection, acquisitions signalées dans La Nouvelle Revue wallonne, périodique trimestriel fondé par Fernand SCHREURS.

Aujourd'hui...

Aujourd'hui, le Fonds d'Histoire du Mouvement wallon conserve des documents qui, mis bouts à bouts, occupent plus d'un kilomètre de rayonnages en mètres linéaires courants…Comment a-t-il été géré depuis 1970, date à laquelle il est placé sous la direction du Département des affaires culturelles de la Ville de Liège ? Quels locaux a-t-il occupé successivement ? Comment a-t-il abouti au Musée de la Vie wallonne pour constituer une de ses collections ? Un prochain focus vous expliquera les jalons de cette histoire…

Fabrice Meurant-Pailhe

Galerie photos

FHMW/Irène VRANCKEN-PIRSON dans son bureau de la rue des Chiroux


Tous les focus