Musée de la Vie wallonne

Musée de la Vie wallonneMusée de la Vie wallonneMusée de la Vie wallonneMusée de la Vie wallonne

Focus

"Tchantchès & Nanesse"

Tchantchès et Nanesse : plusieurs modèles de marionnettes

Connaissez-vous le couple le plus célèbre des marionnettes liégeoises?

Un personnage légendaire…

L'apparition de Tchantchès remonterait au 25 août 760. Selon la légende, il serait né entre deux pavés du quartier d'Outremeuse. Comme le petit bonhomme n'apprécie pas l'eau, son père lui fait goûter, avec succès, un biscuit trempé dans le pèkèt, (alcool liégeois aux baies de genévrier). Son sevrage se fait par la suite, avec un hareng saur, une pratique courante à l'époque, ce qui lui donne une soif ardente, pour la vie !

Notre héros hérite d'un physique peu gracieux. Durant son baptême, son nez s'allonge d'une façon démesurée après que la sage-femme le cogne accidentellement sur les fonts baptismaux ! Plus tard, atteint de la rougeole, on lui fait boire de l'eau ferrugineuse destinée à le guérir. C'est ainsi qu'il avale un fer à cheval de travers. Ce corps étranger l'empêche, depuis, de bouger la tête de bas en haut.

Devenu adulte, Tchantchès participe à de nombreuses aventures avec ses fidèles compagnons, Roland le preux chevalier, l'archevêque Turpin et bien sûr l'empereur Charlemagne. La mort de Roland à la bataille de Roncevaux rend Tchantchès inconsolable.

Tchantchès nous quitte définitivement, emporté par la grippe espagnole à l'âge de 40 ans. Il repose à proximité de la place de l'Yser, au pied du monument qui lui est dédié.

…et des marionnettes attachantes

La marionnette de Tchantchès foule les scènes des théâtres liégeois dès la fin du 19e siècle. La plupart des montreurs s'identifient fortement à Tchantchès qui devient leur avatar ; ils réalisent souvent la marionnette à leur effigie. Tantôt blagueur voire critique vis-à-vis des puissants, tantôt peureux ou bagarreur, la palette de ses différents traits de caractère est immense. Il n'existe pas qu'un Tchantchès mais une multitude !

Quant à l'origine de Nanesse, elle reste mystérieuse : elle se situerait vers le début du 20ème siècle. Peut-être a-t-elle été créée pour donner à Tchantchès une compagne et ajouter un peu de piquant à la vie de ce pauvre bougre ? Sa personnalité varie peu, contrairement à celle de son compagnon : c'est une femme de caractère, botteresse de profession, n'hésitant pas à mettre son homme au pas lorsqu'il a tendance à étancher sa soif plus que de raison.

Lors des spectacles, elle rythme le récit en intervenant à certains moments clés, en général pour ramener Tchantchès à la maison… Le couple n'est pas marié, les deux tourtereaux sont des applaqués, comme on dit à Liège. En effet, Nanesse refuse de convoler en justes noces car « le mariage est fait pour les sots ». Son apparence et son langage contraste avec celui des princesses du répertoire, souvent passives et peu hardies. Si l'arme secrète et fatale de Tchantchès est un côp d'tiésse épwèzoné (coup de tête empoisonné), Nanesse n'est pas en reste avec ses coups de poêle à boûquètes (crêpes liégeoises à la farine de sarrasin) !

Figures emblématiques du folklore liégeois, ces deux personnalités authentiques et attachantes, perpétuent joyeusement la légende auprès de tous les petits (et grands) enfants.

Julie Degré
Chargée des expositions - Médiation Culturelle

- - -

Bibliographie : Neven Claude et Haertjens Lucile, La marionnette liégeoise, Liège, éd. du CEFAL, 2001, coll. « Reliance », n° 4, 141 p.

Envie d'en savoir davantage sur les marionnettes ?

Ne manquez pas notre exposition « Super Marionnettes - L'expo dont tu es le super héros" et découvrez aussi notre nouvelle publication : « Marionnettes - Collections du Musée de la Vie wallonne » en vente à la boutique.



Tous les focus