Musée de la Vie wallonne

Musée de la Vie wallonneMusée de la Vie wallonneMusée de la Vie wallonneMusée de la Vie wallonne

Focus

"Une Robe d'exception"

La robe restaurée!

Le Musée de la Vie wallonne possède une riche collection textile très variée dont bon nombre de robes remarquables...

Récemment, l'une d'elles a subi une importante restauration en atelier grâce au Fonds Constant. Créé en 2004 par la Fondation Roi Baudouin, ce fonds se consacre notamment à la protection et la mise en valeur du patrimoine mobilier liégeois. Pour des pièces exceptionnelles qui requièrent l'expertise et le savoir-faire de professionnels spécialisés en la matière, le Musée fait appel à des spécialistes extérieurs renommés. La restauration du textile requérant des compétences spécifiques, ce travail a été confié à Maria Springael.

Il s'agit d'une robe à manches trois-quarts, terminée par une petite traîne, réalisée entre 1904 et 1906 par la Maison de couture Cornet, installée rue de l'Université à Liège. Elle est richement décorée, ce qui laisse supposer qu'il s'agit d'une robe de soirée, voire de bal. A la Belle Epoque, ce type de vêtements était courant chez les bourgeois, friands de spectacles, de réceptions et de soirées. La robe est présentée dans l'espace sur la mode dans le musée et est visible sur notre catalogue en ligne : http://www.viewallonne.be/collections).

La robe se compose de 3 épaisseurs différentes : un taffetas de soie blanc damassé et parsemé de gros bouquets de violettes peints, recouvert d'une légère crêpeline vert pâle, recouverte elle-même d'un tulle de soie noir brodé de sequins et de perles noirs dessinant des motifs végétaux. Le corsage et la jupe sont garnis de rubans de velours noirs. Un nœud plat de même velours orne la poitrine. Un plastron de dentelle écrue terminé par un petit col montant ferme l'encolure. Les manches en tulle noir brodée sont garnies au poignet de dentelle écrue bordée de sequins noirs sur tulle, d'un rang de minuscules perles incolores à inclusion dorée et d'un rang de petites perles nacrées.

Lors de la restauration qui a représenté un travail considérable, la robe a été entièrement démontée et consolidée là où elle présentait des faiblesses. Une partie de la crêpeline verte a été remplacée par du tulle de restauration coloré dans le ton d'origine. Le col en dentelle a été lavé dans une eau déminéralisée additionnée de savon neutre, puis refixé au corsage. La jupe a été consolidée avec de la soie fuji. Une réplique de la jupe en crêpeline a été réalisée pour remplacer celle d'origine qui se décomposait.

Le démontage a fait apparaître des ajouts postérieurs à la réalisation de la robe, ce qui laisse supposer un désir de cacher des dégradations. Une dentelle écrue brodée de sequins nacrés et cuivrés a été disposée en une longue bande verticale sur l'avant et l'arrière de la jupe et posée en empiècement sur le corsage. Le manque de cohérence de cette dentelle avec le reste de la robe résulterait de ces transformations postérieures, de même peut-être que les ornements de perles ornant le poignet des manches. Mais aucune dégradation importante n'étant apparue lors du démontage, on attribue ces ajouts au souhait de transformer la robe dans le but de la réutiliser pour une nouvelle occasion. En outre, la séparation du corsage et de la jupe a révélé un déplacement de la taille par rapport à la robe d'origine.

La restauratrice a pris ici le parti de laisser la robe dans son état supposé d'origine et de ne pas replacer la dentelle qui alourdissait le riche décor. La robe exposée dans le parcours permanent serait donc telle qu'elle a été réalisée par la maison de couture liégeoise. Elle représente bien la mode féminine de la Belle Epoque et se caractérise par des lignes souples. La jupe a perdu de l'ampleur et s'est simplifiée par rapport aux robes à tournure des décennies précédentes. Elle moule les hanches et associée au corset destiné à affiner la taille, donne à la silhouette une forme de « S » caractéristique de ce début de siècle.

Bénédicte Lamine, Collaboratrice Département Objets-Réserves (textile)

Vidéo

Robe restaurée
Robe restaurée
Robe avant restauration
La bande de dentelle  ajoutée postérieurement est décousue
La bande de dentelle  ajoutée postérieurement est décousue
La bande de dentelle  ajoutée postérieurement est décousue
La manche est détachée du corsage.
La manche démontée laisse apparaître des taches
Le corsage démonté laisse apparaître la crêpeline vert pâle
Dégradations et restaurations dans le tulle brodé
Dégradations et restaurations dans le tulle brodé
Dégradations et restaurations dans le tulle brodé
Dégradations et restaurations dans le tulle brodé
Nettoyage du col en dentelle grâce à plusieurs bains successifs
Nettoyage du col en dentelle grâce à plusieurs bains successifs
Remontage du corsage après consolidation de la jupe
Remontage du corsage après consolidation de la jupe


Tous les focus