Soutien aux élèves et aux étudiants

Soutien aux élèves et aux étudiantsSoutien aux élèves et aux étudiantsSoutien aux élèves et aux étudiantsSoutien aux élèves et aux étudiants
aménagements raisonnables

Un élève = un élève grâce aux aménagements raisonnables
partager sur Google+ partager sur Twitter partager sur Facebook   Publié le 09-09-2021

En Belgique, depuis la rentrée scolaire 2018-2019, un décret organise la mise en place d’aménagements raisonnables pour les élèves à besoins spécifiques.

Ces aménagements raisonnables ont pour but de donner un caractère plus inclusif à l'école au profit des enfants à besoins spécifiques et de lutter contre les discriminations. 

Qu'est-ce qu'un aménagement raisonnable ? 

Un aménagement raisonnable peut être matériel, pédagogique ou organisationnel. Il permet à un élève ayant des troubles spécifiques d'apprentissage de participer pleinement aux mêmes activités que les autres élèves et de progresser sur un pied d'égalité avec ceux-ci.

Il ne s'agit donc pas d'avantager les enfants en situation de handicap, mais de compenser les désavantages liés au handicap et à un environnement inadapté selon un principe d'équité. 

Qu'est-ce qu'un besoin spécifique ?

Les enfants à besoins spécifiques sont affectés par des troubles, durables ou définitifs, d'ordre physique (handicap), psychologique (bipolarité, dépression, …) ou cognitif (trouble de la mémoire, ralentissement de la pensée, …) qui affectent sa santé et perturbent l'accès aux apprentissages. Ces troubles sont attestés par des professionnels de la santé. Les aménagements raisonnables mis en place en fonction des troubles reconnus spécifiques à chaque élève.

Parmi les troubles reconnus, il y a les troubles « dys » (dyslexie, dysorthographie, dyscalculie, dysgraphie, dyspraxie, dysphasie), le spectre autistique (TSA), le trouble du déficit d'attention avec ou sans hyperactivité (TDA/H), le haut potentiel (HP) ou encore le bégaiement et le daltonisme.

Qui demande l'aménagement ? 

Les aménagements sont mis en place à la demande des parents (de l'élève s'il est majeur), du CPMS attaché à l'école, d'un membre du conseil de classe en charge de l'élève ou de la direction de l'établissement. Il est important d'impliquer tous les acteurs concernés par les aménagements à mettre en place et de décider en concertation. La participation de l'élève est un atout pour une scolarité la plus harmonieuse possible. 

(Re)connaître le trouble pour bien s'adapter

Pour mettre en place les aménagements les plus adaptés aux troubles constatés, il est évidemment important de bien connaître les spécificités de chaque trouble.

La Fédération Wallonie-Bruxelles a édité des fiches-outils sur les troubles reconnus. Chacune de ces fiches détaille les caractéristiques du trouble, ses impacts sur la scolarité ainsi que les attitudes et aménagements conseillés.

Parmi les nombreuses propositions, il y a :

  • Octroi de plus de temps lors des évaluations ou des examens ou réduction du nombre de questions.

  • Des cours aérés avec une police de caractères adéquate. 

  • Autorisation de photographier le tableau et le journal de classe du copain, de scanner ou photocopier certaines prises de notes dès que le cours est terminé.   

  • En classe, choix de la place adaptée à son trouble. 

  • Autorisation d'utiliser l'outil informatique en classe.  

D'autres conseils pratiques sont également disponibles sur le site https://www.dessinemoiuneidee.org/2019/09/amenagements-raisonnables-fiches-comprendre-ameliorer-eleves.html

Et dans l'enseignement supérieur ?

Au-delà de l'enseignement obligatoire, l'inclusion est aussi une préoccupation dans l'enseignement supérieur. L'enseignement inclusif « adapte ses infrastructures, ses méthodes et matériel pédagogiques ainsi que ses équipes éducatives afin que tout étudiant, quels que soient ses besoins spécifiques, puisse y être accueilli » selon le décret de 2014 qui régit les engagements en matière d'enseignement inclusif.

Les établissements d'enseignement supérieur disposent d'un service d'inclusion, qui établit le PAI (plan d'accompagnement individualisé) de chaque étudiant en situation de handicap.

La procédure pour une demande d'ouverture de PAI est détaillée sur le site du Pôle Liège Luxembourg, qui regroupe les 29 hautes écoles et universités établies sur le territoire des provinces de Liège et Luxembourg.