HAUTE ECOLE

Actualités

partager sur Google+

partager sur Facebook
Haute école

Une étudiante en agronomie au championnat du monde de chien de troupeau

Une étudiante en agronomie au championnat du monde de chien de troupeau

Rencontre avec Laura Hinnekens, étudiante en agronomie de la HEPL, qui va participer au championnat du monde de chien de troupeau.

En 2e année de la formation de Bachelier en Agronomie (Finalité Techniques et gestion agricoles) à La Reid, Laura Hinnekens raconte son parcours, sa passion pour ce métier méconnu de berger avec chien de troupeau et les épreuves qu'elle va affronter lors de l'édition 2014 du championnat du monde.

Quel est ton parcours dans ce milieu ?

J'ai acheté Fudji, mon premier border, pour apprendre la conduite de troupeau. Ensuite, j'ai eu la chance d'apprendre avec des personnes qui voulaient vraiment faire passer leur savoir et qui ont le goût du travail bien fait et du chien. J'ai pu m'entraîner avec un très grand compétiteur belge qui m'a donné l'envie des concours et de la performance. J'ai aussi travaillé chez des bergers en Grande-Bretagne qui m'ont énormément appris sur le métier. J'ai découvert chez une amie en Suisse le plaisir des alpages et des montagnes… Et tant d'autres rencontres que j'ai eu l'occasion de faire grâce à cette petite chienne.

J'ai maintenant un jeune chien, Tweed, et d'autres jeunes chiens à démarrer. Ils sont les meilleurs collègues de travail qui existent !

En quoi consiste un concours de chien de troupeau ?

C'est une épreuve qui permet de montrer les qualités du berger et de son chien, notamment dans le travail de tous les jours.

Dans un parcours traditionnel, il y a d'abord une recherche (outrun) : le berger reste au poste de départ et envoie son chien chercher les brebis à quelques centaines de mètres plus loin. Ensuite, il y a une prise de possession des brebis par le chien (lift) qui décrit la façon dont le chien prend le contrôle des brebis. L'amenée (fetch) consiste à ramener les brebis dans un axe en passant entre deux claies. Après cela, on entame la conduite (drive) : le berger, toujours au poste, donne des indications au chien pour faire effectuer aux moutons un parcours d'une paire de deux claies et ensuite les ramener dans le cercle pour y effectuer une séparation (shedding). On sépare, sans les toucher, deux moutons non marqués d'un collier que l'on sort du cercle quelques secondes. Remis ensemble, vient l'épreuve de l'enclos (penning) et, enfin, il faut les replacer dans le cercle pour faire une séparation simple (singling) d'un mouton avec un collier.

Quelles sont les qualités qu'un berger doit posséder ?

Elles sont plutôt nombreuses. Je dirais que les principales sont la patience, la rigueur, la remise en question et… l'endurance pour pouvoir courir après ses moutons lorsque ça ne marche pas comme on le voudrait ! J'ai déjà l'endurance, il ne me reste plus qu'à travailler les autres ! (rires)

Et les qualités d'un chien de berger ?

Il faut d'abord pouvoir choisir la race en fonction de ses attentes. Pour les concours comme je viens de les décrire, on utilise plus souvent le border collie, même si d'autres races sont également sélectionnées pour ce genre de travail et restent assez méconnues.

Les qualités que l'on recherche dans un border sont différentes d'un berger à un autre, la façon de travailler peut être différente, le travail, le caractère du handler, etc. Les principales caractéristiques sont l'"œil", la "puissance", la "balance" et l'"écoute". L'œil est une attitude, une distance que peut prendre un chien face aux mouvements des moutons. La puissance est la capacité qu'a le chien à faire bouger un ou plusieurs moutons. La balance est la position naturelle et le déplacement pour gérer correctement un lot de brebis. Et, bien sûr, l'écoute, car toutes ces qualités sans elle ne valent rien.

Comment les qualifications pour le championnat du monde se déroulent-elles ?

Huit concours sont organisés par la Federatie Schapendrijven België pour sélectionner l'équipe de huit compétiteurs belges. Nous avons eu l'occasion de travailler sur de très bons moutons de races différentes, sur des terrains variés et des parcours très intéressants et parfois complexes. Cela permet de mieux se préparer pour le championnat du monde.

Cette année, il se déroulera en Ecosse avec des moutons de race cheviot. Il aura lieu début septembre et réunira 240 couples handler/chien venant de 24 pays différents.

Bonne chance à toute l'équipe et tout particulièrement à Laura !

En savoir plus sur le border collie et son dressage




Galerie photos

L'équipe


Toutes les actualités