HEPL - Haute Ecole de la Province de Liège HEPL - Haute Ecole de la Province de Liège HEPL - Haute Ecole de la Province de Liège HEPL - Haute Ecole de la Province de Liège
INDTHERM : une nouvelle méthode d’inspection des matériaux métalliques

Nos ingénieur·e·s cherchent... et trouvent!
partager sur Google+ partager sur Facebook   Publié le 15-09-2020

Parmi les multiples activités menées par les (futur·e·s) ingénieur·e·s de la HEPL, les projets de recherche et développement occupent une place importante! Focus sur quatre d'entre eux.

Projet "Aquaponie" : un système pour superviser les paramètres d'une unité automatisée

Aquaponie... un mot mystérieux pour beaucoup, mais pas pour Antoine Brune et Lorentz Pfeiffer, deux étudiants du Master en Sciences de l'Ingénieur industriel - Orientation Electronique - Systèmes embarqués !

Durant l'année académique 2019-2020, ils ont travaillé sur le projet "Aquaponie". Un système aquaponique est un circuit fermé qui combine un élevage de poissons (aquaculture) et une culture de plantes hors-sol (hydroponie). Ce système permet de limiter la consommation en eau et les rejets de polluants. Il est généralement associé à des circuits courts de distribution.

Nos deux étudiants ont ainsi réalisé un système de supervision des paramètres d'une unité automatisée développée par le CERER (ASBL liée à l'ULiège), installée dans les locaux du Centre des Technologies Agronomiques de Strée. Cette supervision permet aux gestionnaires de l'installation de disposer d'indications en temps réel sur le fonctionnement du système via un Cloud.

Antoine et Lorentz ont conçu, réalisé et programmé le matériel, mais aussi imprimé les pièces 3D nécessaires à son installation.

INDTHERM : une nouvelle méthode d'inspection des matériaux métalliques

Le projet de recherche INDTHERM mené par les ingénieur·e·s de la HEPL a pour ambition de mettre au point une nouvelle méthode d'inspection des matériaux métalliques pour la maintenance ou l'assurance qualité, en remplacement d'autres méthodes nuisibles à l'environnement (comme le ressuage ou la magnétoscopie).

Le projet est actuellement au stade des simulations numériques, mais il va prochainement évoluer vers une première phase expérimentale. D'une durée de 3 ans, il a comme objectif l'élaboration d'une machine d'inspection innovante, robotisée et autonome grâce à l'intelligence artificielle.

Le procédé : le matériau sera soumis à un champ électromagnétique en produisant des courants de Foucault qui, en interagissant avec le défaut, engendreront une signature thermique détectable au moyen d'une caméra infrarouge.

Forte de son expérience dans le domaine de la recherche de défaut par vibro-thermographie, la HEPL va ainsi étendre ses compétences dans le domaine du contrôle non destructif, notamment en thermographie active.

INDTHERM a été initié par la HEPL dans le cadre du programme Win²Wal, en collaboration avec deux partenaires : l'un académique, HE2B (Haute École Bruxelles-Brabant), et l'autre industriel, Desimone (entreprise active dans les domaines tels que la maintenance industrielle, les machines spéciales, l'automatisation et la robotique).

Antilope : des modules pour mesurer la pollution de l'air

En 2020, nul ne peut ignorer les problèmes de pollution. Selon les dernières études publiées par l'OMS (Organisation mondiale de la Santé), plus de 90% de la population mondiale est exposée à un air extérieur toxique. Cette pollution est même devenue une urgence de santé publique.

Face à cette problématique, l'orientation Electronique & Systèmes embarqués du Master en Sciences de l'Ingénieur industriel de la HEPL a conçu et mis au point le système de mesure de pollution Antilope. Nos chercheur∙euse∙s, nos technicien∙ne∙s mais aussi nos étudiant∙e∙s futur∙e∙s ingénieur∙e∙s ont ainsi apporté leur contribution pour passer de l'idée au produit.

Antilope comprend de nombreux capteurs permettant de mesurer les oxydes d'azote (NO, NO2), l'ozone (O3) ainsi que les particules fines (PM 2,5 - soit des particules dont le diamètre est inférieur à 2,5 micromètres).

Depuis le lancement du projet, plus d'une quarantaine de modules Antilope, déclinés en plusieurs versions, ont été testés dans toute la Wallonie par l'ISSeP (Institut Scientifique de Service Public) et alimentent les serveurs de leurs mesures de la qualité de l'air.

ePick : une plate-forme "cloud" pour les acteurs du secteur logistique

Les formations de Master en Sciences de l'Ingénieur industriel - orientation informatique et en Gestion de production de la HEPL mènent le projet de recherche ePick, en collaboration avec des mathématiciens de l'ULiège et la société informatique NSI.

L'objectif d'ePick : créer une plate-forme "cloud" offrant divers services aux acteurs du secteur logistique. Des solutions informatiques de ce type existent déjà mais elles sont soit limitées, soit "propriétaires".

Les informaticiens impliqués dans ce projet réalisent le prototype de cette plate-forme qui permettra d'héberger et d'exécuter des services d'optimisation logistique tels que l'optimisation des tournées des camions, de la gestion des quais de chargement (et suivi en temps réel des chargements) et de déchargement, mais aussi de la préparation et de l'agencement des commandes au sein des quais.

Ces services requièrent de lourds calculs et un nombre important de données afin de visualiser les problèmes à traiter, et nécessitent donc un serveur dédié. Des solutions qui sont alors mises à disposition des clients via des services web.

Une grande variété de technologies informatiques récentes sont mobilisées par ePick, citons le cloud (dont Azure), l'infrastructure réseau d'un data center, l'adaptation à des changements d'échelles d'infrastructures (Kurbenetes et Docker) et le big data.

Projet
Antilope