ENSEIGNEMENT SECONDAIRE

Actualités

partager sur Google+

partager sur Facebook
Enseignement secondaire

Lycée Jean Boets: voyage commémoratif à Mauthausen

Participants sur le Zeppelinfeld, Nuremberg

Dans le cadre du voyage commémoratif à Mauthausen (Autriche) organisé chaque année par la Province de Liège, 4 élèves du lycée sont parties sur les traces de Paul Brusson.

Nos élèves sont désormais devenues passeuses de mémoire : elles ont pour mission de témoigner à leur tour des atrocités commises par les nazis, de transmettre à autrui ce qu'elles ont pu découvrir, apprendre et ressentir.

Tout faire pour que l'horreur ne se reproduise plus jamais

Au lendemain des deux guerres mondiales, ils furent nombreux à décider de tout faire pour que l'horreur des conflits armés, des massacres de masse et de la barbarie ne se reproduise plus jamais. La bête immonde semblait endormie. Pourtant, elle ne faisait que sommeiller. Aujourd'hui, les idées haineuses, racistes, xénophobes sont à nouveau de retour et semblent devenir banales.

D'où l'intérêt de ce voyage qui a outillé les élèves en arguments pour "laisser là clos l'orifice buccal" des négationnistes et révisionnistes notamment.

Plus jamais ça ?C'est une question… pour rappeler que nos acquis sont fragiles et qu'il faut rester vigilant. Certaines idées contemporaines sont vraiment dangereuses pour nos libertés et menacent la démocratie. La visite du camp de concentration de Mauthausen (et de son escalier de la mort), de son kommando de Gusen et du château de Hartheim (centre de mises à mort par gazage, environ 30 000 victimes) est intense et émouvante. En suivant le parcours de celles et ceux qui, dans les camps de la mort, ont été les victimes du nazisme, les élèves sont progressivement confrontés à l'actualité et à l'urgence de résister tous les jours.

A ce titre, la visite du centre de documentation sur l'histoire du nazisme, à Nuremberg, a permis aux représentantes du lycée de comprendre comment un tel régime politique, dictatorial, a pu voir le jour.

Comment agir aujourd'hui ?

Une question primordiale se pose désormais pour elles : comment agir aujourd'hui, alors qu'elles sont officiellement devenues passeuses de mémoire (en témoigne le triangle rouge qu'elles ont reçu et arborent depuis leur retour) en étant un citoyen responsable ?

Dans les camps de concentration, le triangle rouge était le signe cousu sur la veste des prisonniers politiques, celles et ceux qui se sont opposés à l'idéologie nazie. Aujourd'hui, le pin's "Triangle rouge" est le symbole de la résistance aux idées d'extrême droite. Le porter, c'est participer au cordon sanitaire citoyen pour une société libre, démocratique et solidaire.

Depuis quelques années, beaucoup d'historiens se sentent plus à l'aise avec l'expression de "TRAVAIL DE MEMOIRE" plutôt que "DEVOIR DE MÉMOIRE".TRAVAIL DE MEMOIREsignifie qu'il y a démarche de recherche de ces mémoires multiples et menacées d'oubli, de mise en contexte dans un cadre particulier.TRAVAIL DE MEMOIREpour dire clairement que si on travaille à partir de témoignages, on ne prend pas le témoignage comme fait acquis. Il est toujours recoupé, vérifié, précisé, repoussé si nécessaire.TRAVAIL DE MEMOIREpour dire aussi que l'on ne doit pas refuser les questions autour de la mémoire, que l'on ne prend pas la mémoire comme vérité absolue de "ceux qui savent parce qu'ils ont vu et qu'ils peuvent dire".TRAVAIL DE MEMOIREpour dépasser la simple lecture d'un texte ou un travail ponctuel à l'occasion d'une journée commémorative qu'elle soit "contre les crimes du nazisme" ou "pour les valeurs de la Résistance".

Construire une société plus juste

Se souvenir est indispensable pour ne pas oublier, mais c'est par l'éducation que nous serons capables de comprendre le passé, d'éviter de reproduire les erreurs commises et de nous engager pour demain.

"Il est essentiel de mémoriser les monstruosités auxquelles en est venu l'homme au lieu de les refouler dans une amnésie complice" (François BÉDARIDA, historien du génocide des Juifs par les nazis, premier directeur de l'Institut d'Histoire du temps présent).

Et si nous construisions ensemble une société plus juste et plus respectueuse de tous les êtres humains pour lutter contre tous les inacceptables ?

Paul Brusson

Monsieur Paul Brusson, résistant, déporté politique, rescapé des camps nazis, considéré comme N.N. (Nacht und Nebel). Il faisait partie de ces détenus considérés comme dangereux pour le régime hitlérien et qui devaient disparaître sans laisser de traces. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, Paul Brusson a mené un inlassable combat pour prévenir auprès des jeunes générations la résurgence de ce passé barbare et leur faire découvrir le véritable visage du nazisme.




Toutes les actualités