Enseignement secondaire

Enseignement secondaireEnseignement secondaireEnseignement secondaireEnseignement secondaire

EP Seraing: les élèves de 1e année à l'Orchestre philharmonique de Liège

EP Seraing: les élèves de 1e année à l'Orchestre philharmonique de Liège

Les élèves de 1e commune et 1e différenciée de l'EP Seraing sont allés écouter un concert dans la salle philharmonique de Liège. Au programme: "Ainsi parlait Zarathoustra" de Richard Strauss.

Début 2015, les élèves de première commune et première différenciée de l'EP Seraing sont allés écouter un concert dans la salle philharmonique de Liège, anciennement la salle des fêtes du conservatoire. L'espace y a été aménagé selon le modèle du théâtre à l'italienne, richement décoré de dorures et de velours rouge. Dès l'entrée, la majesté du lieu s'est imprimée en paillettes d'or dans les yeux médusés des élèves. Pour sûr, ici ils ne vont pas assister à "The Voice".

Du haut de la coupole, Apollon et les neuf muses peints par Emile-Edouard Berchmans couvent de leurs regards bienveillants nos petits élèves ébahis devant les 98 musiciens qui composent l'orchestre.

Le concert sera précédé de commentaires pédagogiques. "Ainsi parlait Zarathoustra" de Richard Strauss, proposé à son premier public en 1896, n'est pas une œuvre facile. Les quelques clés données par le présentateur seront bien nécessaires pour saisir la construction de ce poème symphonique inspiré de l'écrit philosophique éponyme de Friedrich Nietzsche.

"La musique a trop longtemps rêvé ; nous voulons devenir des rêveurs éveillés et conscients." Cette citation du philosophe est reprise en exergue au début de la partition, car Richard Strauss a mis en musique la pensée de Friedrich Nietzsche. Ce dernier est un "éveilleur". Il invite à vivre pleinement sa vie, à dire oui à l'éternité de l'instant. "Ose devenir ce que tu es!" et pour ce faire réévalue tes valeurs et quitte l'ornière du Bien et du Mal qui te vient des religions du passé. Nietzsche a utilisé le prophète Zarathoustra, inspiré de Zoroastre, comme porte-parole de ses propres théories.

Quant à Richard Strauss, il a joué avec toutes les nuances que lui offre la musique pour raconter la force de la nature, le questionnement de l'homme sur le sens de la vie, son origine, l'interrogation sur la mort... Nietzsche disait que pour le lire, il fallait savoir lire lentement, plein d'arrière-pensées et plein de portes ouvertes.

Cette après-midi, l'équipe pédagogique de l'orchestre philharmonique de Liège a pris le temps d'ouvrir des portes dans la tête des élèves. C'est dans ce genre de brèche que poussent les graines de sagesse car l'espace ouvert permet au questionnement de se déployer loin de la rigidité des certitudes.