Enseignement secondaire

Enseignement secondaireEnseignement secondaireEnseignement secondaireEnseignement secondaire

Djihad: une pièce de théâtre ouvre le débat sur les préjugés, la discrimination, l'endoctrinement

Les trois protagonistes de Djihad sur scène

Ce 21 mai, plus de 500 élèves de nos écoles ont assisté à "Djihad" au Théâtre de Liège. Une belle occasion pour nos jeunes d'en savoir un peu plus sur des sujets pas toujours faciles à aborder…

Huit tableaux pour illustrer le voyage de trois amis

Ben, Ismaël et Reda sont trois jeunes bruxellois qui ont décidé de partir en Syrie pour faire le djihad. Les trois amis sont déçus par la société qui les entoure et décident de quitter leur quartier afin de se battre au nom de leur foi, pour "la cause".

Le public suit ainsi leurs pérégrinations entre Belgique et Homs, en Syrie : préparation du voyage, attente à l'aéroport, passage par Istanbul, rencontre avec Michel le libanais chrétien, entrainements…

Au fil des différents tableaux, les spectateurs découvrent également le parcours personnel des protagonistes et l'origine de cette envie de partir en Syrie. Des parcours qui semblent a priori différents mais qui ne s'avèrent finalement pas tellement éloignés les uns des autres.

Le temps passant, aventure après aventure, le doute finit par s'immiscer dans cette foi pourtant au départ si inébranlable. Qui est donc ce redoutable "ennemi" à annihiler à tout prix? Le parcours des trois amis ne sera finalement pas tout à fait conforme à l'idée qu'ils s'en faisaient au départ…

Une pièce de théâtre entre rires et larmes… et réflexion

Même si le sujet principal semble au départ dramatique, Ismaël Saidi, auteur, metteur en scène et interprète, a su, avec beaucoup de subtilité, trouver la moyen idéal d'aborder celui-ci : avec le sens de l'humour. C'est ce savant équilibre entre moments dramatiques et moments drôles, voire parfois empreints de tendresse qui permet au public de s'attacher aux personnages et de s'intéresser à leur parcours.

A Ben, que l'on croit plus radicalisé que ses deux compagnons, mais qui s'avère touchant dans sa passion du rock and roll (et d'Elvis!). A Ismaël, plus rationnel, avec sa passion avortée pour le dessin. Et à Reda, personnage comique et bien moins simplet qu'il n'y parait, privé de la passion qu'il éprouvait pour Valérie… Si leurs passions sont aussi à l'origine de leur rapprochement du radicalisme, le groupe d'amis n'en reste pas moins soudé dans son aventure et dans ses réflexions.

Réflexions sur l'intégration, sur les préjugés, sur les pratiques religieuses, sur la discrimination… Autant de sujets abordés avec beaucoup de subtilité : dans toutes les civilisations, dans toutes les religions, il y a du mauvais… mais aussi du bon. C'est cette double vue que Ben, Ismaël et Reda ont offert au public pendant près d'une heure trente.

Un débat sans tabous

Après la pièce, les élèves ont eu l'occasion de participer à un débat auquel étaient invités Ismaël Saidi, Reda Chebchoubi et Shark Carrera, comédiens mais également Jacques Cremers, chef de rédaction de La Première et Michael Privot, Directeur du réseau européen contre le racisme et islamologue.

Sans tabous, les élèves ont ainsi posé des questions sur la pièce, sur l'attentat de Charlie Hebdo, sur les pistes à explorer pour prévenir le radicalisme, sur l'image que véhiculent les médias à travers leurs reportages, sur les témoignages de famille…

Ismaël Saidi a ainsi expliqué que sa pièce avait été écrite bien avant les attentats de Charlie Hebdo et qu'il n'a pas changé une ligne de texte après le triste événement. Djihad trouve son origine dans une intervention de Marine Le Pen : lorsqu'on lui a demandé ce qu'elle pensait de ces jeunes qui partent faire le djihad, elle a répondu « Que ces gens partent en Syrie m'est bien égal, tant qu'ils ne reviennent pas ». Interpellé, Saidi façonnera son propre droit de réponse en prenant la plume.

Jacques Cremers a mentionné cette volonté des médias d'informer, de susciter le débat en donnant la parole à tous tout en laissant le public se faire sa propre opinion. Le tout en veillant à ne pas tomber dans une propagande similaire à l'Etat islamiste.

Michael Privot a, quant à lui, notamment souligné la caractéristique de double lecture des textes religieux où l'on trouve du bon et du mauvais, "selon les lunettes que l'on porte".

Et après ?

Le débat s'est terminé sur une dernière réflexion : le souci des trois héros de l'histoire de Djihad réside en grand partie de leur ignorance des autres… Il existe une différence entre le "vivre ensemble" et le "faire ensemble". Nous vivons tous ensemble mais… chacun dans notre monde, avec nos connaissances et nos cultures propres. Si nous faisons ensemble, nous verrons d'abord nos points communs et, une fois la glace brisée, apprendrons de nos différences. A méditer…

A ce jour, plus de 25.000 jeunes de Wallonie et de la région de Bruxelles ont déjà vu Djihad et l'agenda de la troupe se remplit toujours un peu plus au fil des semaines. Un succès amplement mérité et une superbe opportunité pour nos étudiants… Merci aux comédiens!

Quelques impressions d'élèves…

Jordan: "J'ai trouvé cette pièce bien faite. Elle exprimait bien la différence entre un bon musulman et un djihadiste. Je la conseille à tous ceux intéressés par le sujet."

Mustafa: "Les 3 comédiens font un très bon travail, ils sont à fond dedans. Je trouve que toutes les écoles devraient voir cette pièce."

Dylan: "Aller voir la pièce, c'est quelque chose qu'il faut faire avec toutes les classes, ça serait très intéressant et le débat qui se fait à la fin de la pièce est très intéressant et apporte beaucoup de connaissances aux personnes qui ne savent pas beaucoup de choses sur cette religion."

Zakaria: "J'ai apprécié le débat car les personnes de religion différente ont pu un peu comprendre la religion musulmane."

Hüseyn: "Cette pièce était agréable, j'ai bien aimé leur histoire. Ils veulent faire comprendre aux jeunes de maintenant que partir en Syrie ce n'est pas bien, ni pour eux, ni pour leur famille. […] Le débat était assez bien car ils répondaient à nos questions même si on était contre cette pièce."



Salle comble pour ce spectacle d'1h30
A l'aéroport
Sur le terrain, on vérifie qu'aucun mécréant n'approche
Discussion...
Les trois amis s'interrogent
Rencontre avec Michel mais...
Michel est-il réellement dangereux?
Quand on réalise que tout n'est pas comme on l'imaginait...
Et après...
Malgré tout, on n'oublie pas...
Débat : aucun tabous, toutes les questions sont permises...
J. Cremers, M. Privot, S. Carrera, R. Chebchoubi et I. Saidi
Après le débat, les élèves ont rencontré les comédiens