Santé et qualité de vie

Santé et qualité de vieSanté et qualité de vieSanté et qualité de vieSanté et qualité de vie
DÉFI SANTÉ N°59

"Défi Santé" TipTop n°59 : Dompter la colère
partager sur Google+ partager sur Twitter partager sur Facebook   Publié le 24-08-2020

"Défi Santé" est le rendez-vous que TipTop vous propose. Faites-vous plaisir en vous faisant du bien. Plusieurs fois par semaine, relevez les défis !

DÉFI SANTÉ N°59

Dompter la colère

Mieux comprendre nos émotions nous permet de mieux vivre avec elles.

La colère fait partie des émotions de base comme la peur, la tristesse et la joie. Elle permet de réagir face à une attaque de nos valeurs, d'affronter la menace ou l'injustice. Elle constitue un mécanisme de défense, de protection face à un obstacle. Elle est plutôt désagréable à vivre et pousse à interpréter négativement les événements. Ces interprétations ont un effet « boule de neige » et nous amènent à percevoir encore plus le mauvais côté des choses. Ce qui a pour effet d'encore augmenter notre colère.

Une émotion, qu'elle soit agréable ou désagréable, ne dure que quelques minutes ! Petit conseil d'ami : accueillez votre colère (« tiens, je ressens de la colère »), laissez-la passer et ne vous focalisez pas sur elle.

Habituellement, la colère n'est pas très bien considérée, elle peut faire peur car elle est souvent associée, parfois à tort, à la violence et à l'agressivité.

Pourtant, la colère a des côtés utiles et positifs : sans elle, difficile de faire respecter ses droits et d'amener des changements autour de nous !
La colère n'est ni bonne ni mauvaise et doit être différenciée de la violence (agressivité-attaque). Elle peut se déclencher notamment quand un besoin à satisfaire n'est pas rencontré.

Comment apprivoiser la colère ?

Il est intéressant d'apprendre à :

  • canaliser son énergie sans arriver à la violence ;
  • rester calme ;
  • ne pas accorder trop d'importance aux diverses petites contrariétés de la vie quotidienne.

En pratique, lorsqu'on sent la colère monter en nous, il faut identifier :

  • le déclencheur : comme la méchanceté d'autrui, la contrainte, la frustration, la peur, la répétition d'évènements négatifs déjà vécus, la non-reconnaissance de nos besoins, un état physique ou psychologique affaibli (manque de sommeil, douleurs, humeur dépressive…), la jalousie…
  • les signes physiques qui l'accompagnent. Ex. : rougeurs, augmentation du rythme cardiaque, cris, posture menaçante ;
  • le besoin à satisfaire qui est à l'origine de l'émotion. Ex. : le besoin de reconnaissance : exister, se sentir entendu et pris en considération ;
  • la solution finale : trouver des pistes pour l'apaiser, combler ce besoin et retrouver son équilibre émotionnel. Ex. : obtenir réparation après une injustice.

Conseils pratiques

  • N'agissez pas sous le coup de l'émotion. Contrôlez votre impulsivité en prenant un temps de réflexion (quelques minutes au minimum) avant de vous exprimer ou d'agir.
  • Exprimez-vous. Mettez des mots sur cette émotion. Dire « je suis en colère » permet déjà de réduire l'intensité de celle-ci.
  • Apprenez à mieux communiquer. Parlez en « JE » et décrivez la situation sans porter de jugement (cfr défi n°47).
  • Soyez plus souple et compréhensif. Tout ne peut pas toujours se passer comme on l'imagine ou comme on l'a prévu. Il se peut aussi que l'objet de notre colère soit dû à des circonstances particulières, une mauvaise communication ou un « pas fait exprès » (cfr défi n°6).
  • Dédramatisez, mettez du rire et de l'humour : on ne peut pas à la fois rigoler et s'énerver (cfr défi 32).
  • Changez votre angle de vue. Relativiser et se mettre à la place de l'autre permet parfois de mieux comprendre la situation et donc de changer de point de vue (cfr défis n°20 et n°38).
  • Extériorisez votre colère en utilisant votre corps. Libérez les tensions sans faire mal aux autres, ni briser d'objets… :
    • bougez frénétiquement, secouer les mains, les bras et les jambes ;
    • sautillez sur place, lentement, puis de plus en plus vite ;
    • donnez des coups de pieds dans les airs ;
    • trépignez sur place ;
    • criez éventuellement dans un coussin pour atténuer le bruit ;
    • frappez dans un sac de frappe (punching ball) ou un coussin de la colère ;
    • faites du sport ;
    • crispez des parties du corps (mains, bras, jambes, dos, ventre, visage) et relâchez-les par la suite (cfr défi n°38) ;
    • faites des grimaces, tirez la langue, froncez les sourcils, écarquillez les yeux, crispez la mâchoire en serrant les dents ;
    • à l'aide d'un mouchoir sur le nez, respirez par le nez ou la bouche, fort, criez « Haaa ! », si possible allez crier librement dehors ;
    • prenez trois grandes inspirations et soufflez fort par la bouche ;
    • dansez, chantez, faites de la musique.
  • Utilisez les gros mots de votre cru : soyez créatif, ajoutez de nouveaux jurons, imaginez les plus originaux et passe-partout… Vous ne manquerez pas de rire la prochaine fois que vous les utiliserez (sacrebleu ! nom d'un pétard ! purée ! crotte de bique…). L'humour est un bon antidote à la colère !

Vous retrouverez ici tous les Défis Santé !

Information(s) pratique(s)

Service I Prom'S (Service Itinérant de Promotion de la Santé) - rue de Wallonie, 26 - 4460 Grâce-Hollogne

Tél. 04/279.43.40 - email : iproms@provincedeliege.be

Lieu

Chez vous !


Dates

Août
Lu
Ma
Me
Je
Ve
Sa
Di
  
  
  
  
  
01
02
03
04
05
06
07
08
09
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
Rester calme
Canaliser son énergie
Apprivoiser la colère