Environnement

EnvironnementEnvironnementEnvironnementEnvironnement
Ruches connectées

Des ruches connectées pour une apiculture moderne
partager sur Google+ partager sur Twitter partager sur Facebook   Publié le 14-09-2020

Des abeilles connectées et urbaines, le progrès technologique vient au service de la biodiversité. On vous explique comment la Province de Liège va procéder et pour quelles raisons.

Active dans la protection et la valorisation de la biodiversité, la Province de Liège a initié depuis plusieurs années des programmes de préservation des abeilles. Cela se traduit par la sensibilisation au travers de ces ruches didactiques, par la mise à disposition d'une Miellerie mobile pour les apiculteurs indépendants et, enfin, par le développement du plan Maya.
Ce dernier vise la protection des abeilles, notamment par l'implantation de ruchers dans les communes, la mise en place de prés fleuris ou encore de zones de fauchage tardif afin de
développer un environnement accueillant pour les abeilles.

Dans les projets qui vont très prochainement voir le jour, des ruches connectées vont prendre place dans les établissements provinciaux situés en milieu urbain. Avant d'évoquer l'approche technologique, les raisons qui mènent à développer cette apiculture urbaine sont multiples.

  • C'est un pas supplémentaire vers l'écologie puisque les populations sont davantage conscientisées au rôle vital que les abeilles représentent dans notre espace de vie ;
  • Les habitants sont demandeurs de garder un contact avec la nature dans les villes ;
  • Les chercheurs peuvent suivre l'évolution de la flore urbaine et périurbaine notamment ;
  • Grâce aux abeilles, la flore urbaine est enrichie pour un meilleur impact environnemental ;
  • L'aspect ludique et éducatif est à souligner puisque de nombreuses activités peuvent être organisées autour de la ruche et des abeilles.

La technologie au chevet des abeilles

Des ruches connectées s'installeront prochainement sur les toits des immeubles et sites de la Province de Liège. Mais pourquoi connectées, et qu'est-ce que cela signifie ?
Une ruche connectée est équipée de systèmes de surveillance des colonies comme des capteurs, enregistreurs ou transmetteurs qui sont reliés à une application. Elle permet à l'apiculteur, via son smartphone, de surveiller le comportement et la santé de ses abeilles pour obtenir une vision globale, complète et à distance de leurs conditions de vie. Un outil numérique qui vient au chevet des abeilles et de l'apiculteur.

Les avantages sont multiples puisque l'apiculteur peut connaitre le début et la fin d'une miellée et organiser au mieux la récolte du miel. Grâce aux capteurs de température et l'hygrométrie internes et externes, les conditions d'élevage des larves et des nymphes sont mieux appréhendées. Les systèmes font entrer en jeu la puissance de la technologie
numérique. Ils permettent une analyse complexe des données reçues. Les ruches connectées peuvent enregistrer les mouvements et déplacements de la ruche. Certains scénarios sont élaborés pour produire une alerte spécifique à destination de l'apiculteur via l'application installée sur son smartphone. Lors d'un vol de la ruche mais aussi en cas de fièvre d'essaimage, par exemple.

Par ailleurs, dans le cadre de recherches scientifiques, des abeilles sont équipées de puces fixées sur le dos afin de transmettre des informations sur le changement de fonction des ouvrières au sein du groupe, sur leurs activités de butinage et sur leur comportement en fonction des conditions météorologiques. Grâce à ces puces, l'apiculteur connait le schéma de vol de ses abeilles et leur lieu de butinage. Ce système connecté a révolutionné le monde apicole puisque les apiculteurs peuvent réagir très rapidement sur la bonne santé des ruches et de leurs habitantes.

Christophe Close, apiculteur au sein du service Environnement de la Province de Liège et porteur du projet de ruches connectées précise : en utilisant certaines de ces technologies, la Province se positionnera dans la mouvance d'une apiculture moderne et plus technologique. Attention cependant à ne pas discréditer l'apiculture classique. Elle reste fondamentale. Elle est l'apiculture. L'apiculteur qui utilise ces nouvelles technologies reste un apiculteur qui « met ses mains dans ses ruches », qui regarde et s'occupe de ses abeilles, mais qui utilise des
outils technologiques, numériques et complémentaires, pour le bien-être de ses abeilles.

L'abeille, donneuse d'informations sur la biodiversité

Reconnues comme des sentinelles de l'état de la biodiversité, les abeilles amènent des informations précieuses qui sont récoltées grâce à la connectivité des ruches. L'apiculteur peut aisément connaître le contexte environnemental en surveillant les périodes de floraison et d'équilibre ou de manque de nourriture. Il évalue l'impact des pratiques environnementales et corrige là où il y a lieu d'agir pour aider ses abeilles à s'alimenter efficacement.

Des informations précieuses sont récoltées puis utilisées pour agir sur l'environnement. Les ruches connectées deviennent des vecteurs d'apprentissage tant pour l'apiculteur que pour le grand public. De nombreuses activités peuvent être programmées pour sensibiliser le public au fonctionnement de la ruche, à la santé des abeilles, à l'impact de l'environnement sur la santé des abeilles et vice-versa.

Information(s) pratique(s)

Infos : www.provincedeliege.be/environnement

Référence bibliographique : Bees Big Data, Agnès FAYET, Abeilles&Co, avril 2018, n°185